Funérailles de Caïd Essebsi : Abir Moussi dénonce les rumeurs sur le boycott

Après la publication d’une vidéo supposée prouver le boycott d’Abir Moussi des obsèques du président défunt de la République tunisienne, Béji Caïd Essebsi, la principale intéressée s’est exprimée sur les ondes de Jawhara FM ce vendredi 26 juillet 2019 pour clarifier la situation. « C’est complètement faux », a-t-elle assuré, rappelant que le Parti Destourien Libre (PDL) a été le premier parti à avoir rendu hommage à Béji Caïd Essebsi.
« Nous avons annulé les festivités de la Fête de la République. Nous avons envoyé une lettre de condoléance à la famille du président. Nous avons, aussi, récité la Fatiha et rappelé le parcours du président défunt. Nous l’avons honoré car il s’agit d’une personnalité constitutionnelle. Tout cela a été ignoré et on présente une vidéo comme si Abir Moussi avait annoncé le boycott des funérailles », a-t-elle expliqué.
La présidente du PDL a assuré qu’elle n’avait jamais prononcé le mot « boycott » et que le parti n’avait aucune intention de le faire. Elle ajoute : « le seul souci, selon elle, est l’absence d’informations au sujet des dispositions qui seront prises à l’occasion des funérailles. Seront-elles ouvertes ? Y aura-t-il des invitations ? A quelle heure aura lieu le départ ? Nous ignorons, de ce fait, comment ça va se passer », a-t-elle encore déclaré.
Si son parti était convié aux obsèques, Abir Moussi a assuré qu’il sera en première ligne. Dans la vidéo partagée dans les réseaux sociaux, Abir Moussi a expliqué qu’elle avait mentionné l’exclusion de son parti du système. « Nous n’avons jamais été conviés à une quelconque cérémonie. Or, ici, il s’agit d’un président de la République. Nous le respectons, nous respectons la présidence de la République et nous respectons les institutions de l’État. Se permettre de dire des choses sur un défunt n’est pas notre éthique », a-t-elle encore ajouté.
D’autre part, Abir Moussi a regretté que les médias officiels aient relayé la vidéo. « On peut comprendre que des pages Facebook payées puissent relayer une telle vidéo, mais pas les médias officiels. C’est dangereux. Béji Caïd Essebsi est le président de la République. Si nous boycottons quelqu’un, ce sera les Frères », a encore souligné la présidente du PDL.

Lire aussi
commentaires
Loading...