Évasion fiscale : l’UGTT répond à Imed Daïmi

Suite aux accusations fracassantes d’Imed Daïmi au sujet d’une présumée évasion fiscale, l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) a décidé de répondre par la voix de son secrétaire général-adjoint chargé de la couverture sociale, Abdelkarim Jarad. Celui-ci affirme, dans le journal Assabah de ce jeudi 4 juillet 2019, que les propos du député ne sont que des « contrevérités sans fondement, prononcées dans l’optique d’une campagne de dénigrement de l’UGTT ». Le syndicaliste a assuré que toutes les opérations avec la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) sont menées dans de bonnes conditions. « L’UGTT verse les cotisations des travailleurs dans les délais et dans le cadre de la loi. Elle a été parmi les premiers à avoir appelé à la réforme des caisses sociales. Lorsque la diffamation [d’Imed Daïmi] sera prouvée, nous prendrons les dispositions légales adéquates pour porter plainte contre lui », a-t-il déclaré. Dans ce même contexte, Abdelarim Jarad a indiqué que l’UGTT a signé, en 2014, un accord avec la CNSS, sous le patronage du ministère des Affaires Sociales. A travers cet accord, la centrale syndicale a pu payer le reste des dettes qu’elle doit à la Caisse. « Depuis cette date, les cotisations sont versées régulièrement et dans les délais », a assuré le syndicaliste.
A titre de rappel, Imed Daïmi a accusé l’UGTT d’évasion fiscale. Dans ses statuts Facebook et lors d’une conférence de presse tenue mercredi 3 juillet 2019, le député a assuré que la centrale syndicale doit 17,935 millions de dinars à la CNSS : 14,123 millions de dinars de dette principale et 3,811 millions de dinars de pénalités. Il a déposé une plainte contre le représentant légal de l’UGTT, le directeur général de la CNSS et le Chef du gouvernement.

À lire aussi

Evasion fiscale : Imed Daïmi porte plainte contre l’UGTT et le DG de la CNSS

Lire aussi
commentaires
Loading...