Escort boys: l’application « Rouijel » ou sur les pas de « Badr » et « Sophie » (Vidéo)

En Tunisie, l’escort Boys n’est plus un mythe ou uniquement une activité informelle que l’on découvre avec curiosité dans les séries télévisées comme c’était le cas avec l’histoire de « Sophie » et « Badr » lors de la fameuse série « Ouled Moufida » diffusée durant le mois de Ramadan dernier sur El Hiwar Ettounsi. En effet, ce concept plus au moins étrange pour une bonne partie des Tunisiens, vient d’être officialisé à travers toute une application mobile.

Une nouvelle application mobile fraîchement lancée en Tunisie vient de susciter la polémique sur les réseaux sociaux. Il s’agit d’une application dite Rouijel. L’objectif est de mettre à la disposition des femmes Tunisiennes des « Hommes » afin de les accompagner lors des soirées et sorites entre amis etc. On cherche à travers cette application à lutter contre le harcèlement dont font face les femmes tunisiennes quotidiennement sur la voie publique, dans les boites de nuit, etc. En effet, ces hommes, payés à l’heure ou par mois (en fonction du forfait acheté) peuvent être également disponibles pour accompagner les « clientes » lors de leurs trajets vers la faculté etc.

En ce qui concerne les forfaits proposés, il s’agit de:

*Forfait Sbiya: 39 dinars par heure
*Forfait Sahara: 199 dinars par nuit
*Forfait Motharira (Pour les femmes libérées) : 699 dinars par mois.

Les femmes voilées ou celles niqabées bénéficient d’une réduction de 20% sur tous les forfaits.

« Rouijel est une application créée par une équipe française consciente des problèmes de harcèlement sexuel en Tunisie. L’application est d’ailleurs une des « success story » du programme « French Tech » initié par le président Macron. Créée en collaboration avec des experts internationaux, son efficacité a été prouvée dans deux autres pays où les femmes l’utilisent quotidiennement: l’Irak et l’Afghanistan. Nos Rouijel sont sélectionnés après une série d’entretiens pour garantir leur respect de la femme; d’ailleurs, une majorité d’entre eux ne sont pas Tunisiens mais binationaux ou étrangers. » a affirmé Ahmed Farhat, PDG de la société Rouijel.

Lire aussi
commentaires
Loading...