Élections Grèce : Une victoire par KO de Kyriakos Mitsotakis attendue

Dimanche 7 juillet se tiendront les élections anticipées en Grèce au termes desquelles le pays connaîtra le visage de son nouveau Premier Ministre. Un match qui semble déjà gagné d’avance par le candidat conservateur Kyriakos Mitsotakis avec 10 points d’avance sur le candidat de la gauche démocrate, Alexis Tsipras pourtant grand gagnant en 2015.

Le choix d’élections anticipées, 3 mois avant la fin prévue du mandat du Premier Ministre, devait initialement favoriser la réélection d’Alexis Tsipras. Vraisemblablement, la politique économique rigide et les décisions pour maintenir la Grèce au sein de l’Union Européenne auront raison de l’actuel Premier Ministre grec ce Dimanche 7 juillet dans les urnes.  Déjà aux élections européennes et locales, le parti Nouvelle Démocratie supplantait celui de Tsipras avec 9 points d’avance.
Le bilan de Tsipras, élu en 2015 alors que la crise frappait le pays depuis 2010 déjà, reste en demi teinte. Le peuple grec l’accuse d’avoir dirigé dans le mensonge et le déni sa population au profit de décisions restrictives pour dépasser la crise. Mais le probable ex-Premier Ministre est néanmoins parvenu a faire disparaître le déficit du budget de l’Etat. On note également une baisse du taux de chômage et une croissance positive drainée par la consommation intérieure.  Les exportations quant à elles demeurent faibles.
Avec près de 10 points d’avance dans les sondages, c’est Kyriakos Mitsotakis qui devrait s’imposer facilement. Tête de proue du parti Nouvelle Démocratie, orienté droite conservatrice, le candidat doit sa notoriété en partie à sa promesse forte de réduire les impôts. Issu d’une famille de politique (son père et sa sœur), le candidat a su progressivement gagner la confiance de la population. Un électorat abîmé par des années de crises économiques et de politique qui aspire a un retour à l’emploi et à la stabilité économique.

Si la question des impôts semble si cruciale pour les grecs, c’est que depuis la crise économique l’emploi est devenu un bien cher et inestimable. Avec l’inflation chaque dépense se compte et réduire de manière notoire les impôts permettrait aux habitants d’accéder à un niveau de vie décent.  L’emploi devient une vitalité dans un pays où la crise a frappé de manière maladives les travailleurs. Dans un rapport européen rendu en Novembre 2018, le Conseil de l’Europe a relevé une hausse du taux de suicide en Grèce chez les hommes d’affaires en faillite. La majorité d’entre eux avaient auparavant été interné dans des centres psychiatriques.
Avant le vote de dimanche, Alexis Tsipras donnera un dernier discours ce vendredi 5 juillet, mais l’électorat semble déjà décidé.

Lire aussi
commentaires
Loading...