Les Israéliens se rendaient en Tunisie depuis l’ère de Bourguiba

L’arrivée en Tunisie, au mois de mai dernier, d’une délégation de touristes israéliens, à l’occasion du pèlerinage juif qui s’est déroulé sur l’île de Djerba, ne cesse de susciter la polémique. Cette dernière a atteint son apogée particulièrement suite à la diffusion, trois semaines après, d’un reportage télévisé sur la chaîne  arabe Al Mayadine évoquant une visite guidée effectuée par la délégation israélienne dans la maison de l’ancien numéro deux de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Khalil al-Wazir, alias Abou Jihad, située à Sidi Bou Said. Une information qui a été catégoriquement et officiellement démentie par un communiqué rendu public par le ministère de l’Intérieur.
Le ministère a affirmé que la chaîne a montré la maison d’un homme d’affaires tunisien, située dans la zone touristique, prétendant qu’il s’agissait de la maison de Khalil al-Wazir. Il a précisé que la demeure de ce dernier est située à 4 kilomètres de l’endroit filmé.
Or, l’histoire ne s’est pas arrêtée là et a rapidement pris une autre envergure. En effet, finalement convaincus de la vanité et de l’absurdité de la première histoire de la visite guidée dans l’ex-domicile d’Abou Jihad, certains ont abandonné cette histoire censée faire « noyer le poisson dans l’eau« , sans plus, pour  en invoquer une autre.
Il s’agit de celle liée à l’accès des touristes israéliens au territoire tunisien via des passeports israéliens. Cette version des faits a été également récusée par le ministère de l’intérieur. En effet, aucun Israélien ne peut  fouler le sol national avec son passeport. Il s’agit d’une mesure en vigueur depuis l’ère du leader Habib Bourguiba. Toutefois, afin de leur permettre d’accéder en Tunisie pour rejoindre l’île de Djerba et y effectuer les rituels du pèlerinage de la Ghriba, ces touristes israéliens -qui sont généralement à l’origine des Tunisiens – se font immédiatement confisquer leurs passeports israéliens par la police des frontières. Ils ont ensuite droit à un simple laisser-passer. En effet, depuis la nuit des temps, ce document est accordé systématiquement à cette catégorie de touristes qui n’ont d’ailleurs le droit d’accéder au territoire national qu’une seule fois par an, soit à l’occasion du pèlerinage de la Ghriba. Pour conclure, on se demande pourquoi cette histoire n’a jamais fait autant de bruit. Pourtant, il y a eu depuis toujours des touristes israéliens qui se rendent régulièrement en Tunisie à l’occasion du pèlerinage juif.

Lire aussi
commentaires
Loading...