Surproduction et destruction d’abricots : le ministère du Commerce réagit

La polémique sur les abricots détruits enfle. Après les révélations fracassantes du membre de l’Union Tunisienne d’Agriculture et du Commerce (UTAP) sur la destruction des produits et l’autorisation d’exportation, le ministère du Commerce est finalement sorti de son silence via un communiqué publié ce jeudi 23 mai 2019.
L’institution a tout d’abord démenti l’existence d’une quelconque autorisation d’exporter comme l’a évoqué le membre de l’UTAP. « Aucune entrave à l’exportation n’a été imposée », affirme le ministère, qui déclare que les prix ont augmenté par rapport à la saison dernière, que ce soit au marché de gros de Kairouan ou celui de Bir Kassaa à Ben Arous.
Le département du Commerce assure, aussi, qu’aucune demande d’exportation ne lui a été soumise depuis le gouvernorat de Kairouan. Il est également revenu sur les prix du kilogramme d’abricots : entre 1,5 et 1,8 TND, ce qui est supérieur au chiffre de la saison 2018 (du 14 au 19 mai 2019). 200 tonnes d’abricots ont été injectés dans le marché et 2,7 « seulement » – termes du communiqué – tonnes ont été détruits. L’UTAP, pour sa part, avait affirmé que le prix du kilogramme a atteint les 200 millimes seulement à Kairouan, et que 3 tonnes ont été détruits hier et que 6 autres tonnes le seront ce jeudi 23 mai 2019.
A l’heure actuelle, lit-on encore dans le communiqué du ministère du Commerce, le prix du kilogramme d’abricots est de 1,430 TND, pour un maximum de 3 TND. Le prix moyen avait atteint les 1,400 TND en 2018. D’un autre côté, le département du Commerce précise qu’il a octroyé 1500 autorisations d’exportation d’abricots. « 700 tonnes ont été exportés contre 629 tonnes l’année dernière. Il existe des contrevérités au sujet de la destruction naturelle de ces produits », lit-on encore dans le communiqué.

Sur le même sujet :

Abricots : des tonnes jetés aux ordures, une surproduction et des prix qui s’envolent !

Lire aussi
commentaires
Loading...