Elections : ceux qui ont peur n’ont qu’à ne pas se présenter selon Noureddine Bhiri

L’appel au report des élections présidentielles, lancé par le clan Hafedh Caïd Essebsi (HCE) de Nidaa Tounes, a suscité critiques et moqueries sur la scène politique. Certains y voient une façon pour Nidaa Tounes, du moins le clan HCE, de fuir étant donné qu’il n’est pas encore prêt.
C’est le cas de Noureddine Bhiri, dirigeant au sein d’Ennahdha. Intervenant ce lundi 13 mai 2019 dans Houna Shems, il considère que ceux qui exigent ce report et qui « ont peur et qu’ils n’ont qu’à ne pas prendre part au scrutin ».  Les élections, poursuit-il, constituent une étape historique. De ce fait, on ne peut parler de leur report. Une telle décision va remettre en question la crédibilité de l’expérience tunisienne. « Il en va de l’intérêt du pays et de son image à l’étranger. Il ne faut pas reporter les élections », a-t-il ajouté.
D’autre part, le dirigeant nahdhaoui est revenu sur la polémique suscitée sur les sondages d’opinions. Il considère qu’il existe une instrumentalisation de ces sondages. « Ennahdha a des preuves », a-t-il assuré. Il est capital, selon lui, d’organiser les sondages d’opinions à travers des lois. « Ennahdha n’a peur de rien. La seule chose qui l’inquiète est l’instrumentalisation des sondages d’opinions. Le parti va répondre avec des sondages crédibles », a-t-il encore déclaré.

Lire aussi
commentaires
Loading...