Cafés ouverts au Ramadan : une association islamique appelle au respect des libertés

Comme pendant chaque Ramadan, le débat sur l’ouverture des cafés pendant la journée refait surface. Les avis divergent : entre ceux qui veulent des cafés fermés et d’autres qui appellent à leur ouverture. L’Association Tunisienne de la pensée islamique et des affaires religieuses (ATPIAR) s’est exprimée sur la question dans un communiqué publié ce mercredi 22 mai 2019.
Elle considère que le fait d’obliger des personnes à observer le Ramadan ou à le rompre constitue une violation des droits d’autrui. Cette question, selon le collectif, est personnelle. « Personne n’a le droit de le faire sous un quelconque prétexte », lit-on dans le communiqué. Concernant l’ouverture des cafés, l’ATPIAR considère que cette question relève de la compétence des pouvoirs publics. « Avoir des cafés ou des restaurants ouverts ne doit pas conduire à la punition des propriétaire de ces établissements par ceux qui se sont auto-proclamés portes-paroles des citoyens. La sécurité doit être garantie à tous les tunisiens, qu’ils fassent le Ramadan ou non. Il ne faut pas porter atteinte à la liberté d’autrui sous la moindre couverture », lit-on encore dans le communiqué.
A titre de rappel, la Ligue Tunisienne de protection des Droits de l’Homme (LTDH) a critiqué les descentes effectuées par les sécuritaires dans les cafés et les restaurants ouverts pendant les journées du Ramadan. « Il s’agit d’une violation flagrante de la liberté de conscience, qui est pourtant garantie par la Constitution », lisait-on dans le communiqué publié par la LTDH lundi dernier. Elle a également appelé les victimes des descentes à poursuivre en justice ceux qui ont violé les libertés individuelles.

Lire aussi
commentaires
Loading...