Noureddine Taboubi : « le gouvernement doit démissionner »

S’exprimant à l’occasion de l’ouverture du congrès de la Fédération générale de l’enseignement secondaire ce jeudi 4 avril 2019, le secrétaire général de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), Noureddine Taboubi, a appelé le gouvernement à démissionner. « On ne peut garantir la stabilité sans garantir des conditions de vie décentes pour les citoyens », a-t-il lancé devant les syndicalistes.
Taboubi a assuré qu’il avait discuté avec les présidences de la République et du gouvernement à propos de plusieurs dossiers, mais « sans succès ». « J’ai parlé, mais aucun signe de vie. De quel prestige de l’Etat parle-t-on ? Ce prestige repose sur la crédibilité et non sur les esquives », a-t-il déclaré. Noureddine Taboubi poursuit en affirmant que tous les chiffres sont au rouge aujourd’hui en Tunisie. « Le parti qui nuit au pays est celui des contrebandiers et des gangs. Ces derniers s’infiltrent dans les appareils de l’Etat. Nous ne resterons pas sans réaction face aux dépassements », a-t-il lancé.
Par ailleurs, le secrétaire général de l’UGTT est revenu sur la majoration des prix du carburant. Il a affirmé que la centrale syndicale soutenait les mobilisations pacifiques contre cette hausse. « Ce genre de décision ne fait qu’envenimer la situation sociale. Le Fonds Monétaire International (FMI) a imposé ses conditions aujourd’hui. Les prix du carburant doivent être fixés selon le cours mondial. Nous ne pouvons appliquer des directives libérales sur un peuple marginalisé et souffrant », a encore déploré le syndicaliste, annonçant qu’une réunion aura lieu avec les présidents de l’UTICA (Union Tunisienne d’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat) et de l’UTAP (Union Tunisienne d’Agriculture et de la Pêche). « Un communiqué commun sera publié », a-t-il précisé.

Lire aussi
commentaires
Loading...