Cinéma : La Tunisie toujours pauvre en salles de projection

Selon Nawaat, la Tunisie abritait près de 95 salles de cinéma du nord au sud en 1957, juste après son indépendance de la colonisation française. Aujourd’hui, le pays souffre d’une carence en salles de cinéma partout à travers le pays qui se proclame protecteur de l’art.

En effet, les maisons de jeunes sont là, à Gabès, Bizerte, Sfax et Sidi Bouzid et bien d’autres gouvernorats mais tout le monde sait que ces établissements font des projections à chaque éclipse lunaire.
Pouvons-nous considérer une maison de jeunes comme un atout acquis ?
Bien sûr que non, on a beau dire tout ce qu’on veut sur les maisons de jeunes mais on ne peut jamais les considérer comme un espace de cinéma. Grandir dans un lieu où le cinéma est absent est une damnation pour les habitants des gouvernorats hors le grand Tunis surtout quand tous les gouvernements post révolution 2011 ont promis en vain la démolition du concept de centralisation adopté auparavant par les régimes Ben Ali et Bourguiba.
D’après l’écrivaine et défenseur de la culture Safa Maatallah, plus de 100 salles de cinéma ont claqué leur porte depuis les années 80, comme Atlas à Sfax, Nejma à Sousse et le Sahara à Tozeur. Transformer des salles de cinéma en un établissement commercial est devenu à la mode et le gouvernement ne fait rien pour remédier à ce trouble culturel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire aussi
commentaires
Loading...