Carburant : quand Slim Feriani s’emmêle les pinceaux

Depuis l’entrée en vigueur de la majoration des prix du carburant, le gouvernement attire les foudres de toute part : adversaires politiques et, surtout, citoyens. Le ministre de l’Industrie, Slim Feriani, est particulièrement concerné puisque c’est lui avait assuré, à peine quelques semaines plus tôt, qu’il n’y aura pas de hausse des prix du carburant.
Intervenant dans Houna Shems ce mardi 2 avril 2019, Slim Feriani a tant bien que mal tenté de se justifier. Pour lui, l’annonce surprise de la hausse des prix avait pour but « d’éviter l’anarchie et les accapareurs ». « Si nous avions annoncé la date de la hausse des prix, les stations-services auraient été bondées et les accapareurs auraient fait leur apparition », a-t-il assuré.
D’un autre côté, le ministre a tenté de se rattraper au sujet de son ancienne déclaration, dans laquelle il avait affirmé que « parler de hausse des prix était une rumeur ». « Je parlais d’une période particulière », a-t-il dit pour se justifier.
Dans ce même contexte, il a rappelé que la révision des prix est inscrite dans le cadre de la Loi de Finances 2019. Quatre révisions sont au programme. On en déduit, de ce fait, que’il reste trois autres hausses des prix pour cette année. « La question n’est pas seulement liée au cours mondial du pétrole, mais aussi au cours du dinar. D’un autre côté, il faut savoir que la compensation de l’énergie représente 50% du budget 2018 », a-t-il encore expliqué.

Lire aussi
commentaires
Loading...