Une nouvelle crise du lait en vue ?

Après quelques mois de répit, il semble que la crise du lait va repartir de plus belle. C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre le président de la Chambre nationale des producteurs de lait, Bakr Mehri, qui s’est exprimé lors d’une conférence organisée ce mardi 26 mars 2019.
Le stock actuel du lait se chiffre à 26 millions de litres, soit 1 million de litres de moins par rapport à la même période en 2018.  « Nous sommes aux portes d’une crise du lait », a-t-il mis en garde, appelant à augmenter le prix du litre de 200 millimes afin de sauver la filière laitière.
L’alerte a aussi été lancée par le membre du bureau exécutif de l’Union Tunisienne d’Agriculture et de la Pêche (UTAP), Yahia Massoud. Ce dernier a souligné que le lait se sera pas suffisamment disponible pendant le Ramadan.
La crise du lait, rappelons-le, a commencé en juillet 2018, pour atteindre son paroxysme à l’automne dernier. Les éleveurs tunisiens font face aux difficultés de production du lait et à la crise économique. Ils subissent également la contrebande des vaches laitières vers les pays voisins, d’autant plus que les coûts de production se sont envolés. Conséquences : la production le suivait plus la consommation, le lait manquait dans les commerces et les grandes surfaces et les accapareurs en avaient profité pour alimenter leur business.
Pour tenter de remédier à la situation, le gouvernement a décidé d’importer du lait en provenance de Belgique. Une décision qui a été très critiquée. De fait, il aurait mieux fallu soutenir, selon les spécialistes du secteur, la production nationale.
Une hausse des prix a, par la suite, été décidée et elle est assumée par l’Etat par le biais de la caisse de compensation. Le prix est le même pour le consommateur.
Le blocage semble, en tout cas, persister. Avec l’annonce du président de la Chambre Nationale des producteurs de lait, les accapareurs ont sans doute commencé à se frotter les mains.

Lire aussi
commentaires
Loading...