Tout ce qu’il faut savoir sur la rencontre entre HCE et Ghannouchi

Une rencontre a réuni aujourd’hui, lundi 4 février 2019, Rached Ghannouchi, président du parti Ennahdha et Hafedh Caïd Essebsi (HCE), directeur exécutif autoproclamé de Nidaa Tounes.
L’info a été publiée sur la page Facebook officielle du leader d’Ennahdha, alors qu’aucun écho n’a filtré de celle de HCE.
A lire l’info sur la page de Ghannouchi, aucune indication sur le lieu de la rencontre ni sur son horaire, n’a été donnée. On se contente, d’une seule ligne pour dire que les deux hommes ont échangé les points de vue autour « de la situation générale dans le pays ».
Une formule bidon qui n’est pas sans nous rappeler la langue de bois à laquelle on a été habitué des dizaines d’années durant avant 2011, mais qui devient maintenant répugnante. Qu’est ce qui amène Caïd Essebsi Jr à aller voir Ghannouchi (car nous avons de sérieuses raisons pour dire que c’est HCE qui a demandé l’audience auprès de Ghannouchi) ? Qu’est ce qui a dissuadé ce dernier à accepter la rencontre ? Telles sont les deux questions auxquelles il semble primordial de répondre car, à partir de cette réponse, se scellera  le sort de la phase à venir dans le pays.
Cependant, certaines certitudes ne manquent pas d’interpeller l’attention de l’observateur le plus distrait. D’une part, la formule par laquelle l’information a été insérée dans la page de Ghannouchi et le silence total de la page de HCE sont le signe fort que la rencontre a essuyé un échec et que les deux hommes n’ont abouti à aucun terrain d’entente à propos des questions qu’ils avaient à traiter.
D’autre part, l’étau semble bien se resserrer autour de HCE qui semble aller chercher auprès de son allié d’hier un soutien lui permettant de rééquilibrer les rapports de force au sein de son parti et de retrouver un tact qui lui permettrait de faire face à ces détracteurs, de l’intérieur comme de l’extérieur du parti, quitte à revenir à la vielle méthode du consensus dont on a déjà annoncé la fin depuis plusieurs mois .
Le poids que commence à prendre le nouveau parti de Youssef Chahed dérange certainement HCE, qui sait pertinemment qu’Ennahdha ne cautionnera jamais une éventuelle candidature de ce dernier aux présidentielles sans qu’il ne démissionne de son poste de chef de gouvernement.
L’énigme reste de savoir quel était la réponse de Ghannouchi, cette réponse qui a contraint HCE à se comporter comme si de rien n’était et que la rencontre n’a pas eu lieu.

 

Lire aussi
commentaires
Loading...