Santé publique: des mesures et des fonds pour le sauvetage du secteur

Le porte-parole du gouvernement, Iyad Dahmani, s’est exprimé à l’issue du conseil ministériel consacré à la situation du secteur de la santé, tenu ce jeudi le 28 mars 2019 au Palais du gouvernement. Plusieurs mesures ont été annoncées.
Première mesure prise celle portant à  consacrer 100 MD au fonds de soutien à la santé publique. Le financement de ce fonds sera assuré par un apport annuel de 100 MD.
Pour ce qui est des dettes des hôpitaux publics, 200 MD ont été réglés à la pharmacie centrale ce qui représente environ 50% du total des dettes.
Autre mesure prise en ce qui concerne les équipements médicaux et la maintenance, la mobilisation de 107 MD pour l’acquisition d’équipements et matériels médicaux. 80 MD seront consacrés à la numérisation du secteur et la révision de la gouvernance des institutions hospitalières.
Pour ce qui est des médicaments et des fournitures médicales, il a été décidé de généraliser l’expérience de l’hôpital Habib Thameur en matière de distribution automatique et sécurisé des médicaments.
L’Etat se chargera du remboursement des dettes des hôpitaux publics pour un montant de 13,5 MD cela en plus du doublement des stocks et l’augmentation des réserves au cours du mois d’avril 2019. en médicaments.
Le démarrage immédiat de l’expérience de la télé médecine à l’hôpital La Rabta, aux hôpitaux régionaux de Jendouba et Tozeur et à Habib Thameur est une autre recommandation du conseil ministériel en plus du démarrage du système de prise de rendez-vous à distance au cours du mois d’avril dans 12 institutions publiques.
Dans une déclaration aux médias, le porte parole du gouvernement Iyad Dahmani, a fait savoir que le conseil a adopté le projet de loi sur la protection des malades et la responsabilité médicale en plus de l’adoption d’un projet décret sur le système d’études médicales et la délégation au ministre de signer les décisions disciplinaires au profit des directeurs des hôpitaux publics.
Dahmani a annoncé  2000 recrutements supplémentaires au titre de l’année 2019 pour garantir l’ouverture de nouveaux services médicaux et le remplacement des partants.
Quant à l’affaire du décès des 15 nourrissons à la Rabta, la ministre de la  santé par intérim, Sonia Becheikh a déclaré que les commissions chargées de l’enquête n’ont pas encore clôturé leurs travaux.

Lire aussi
commentaires
Loading...