Maghreb : le scandale des cigarettes suisses

D’après une enquête menée par la journaliste indépendante Marie Maurisse, lauréate du prix d’investigation de l’ONG Public Eye, les cigarettes venant des industries suisses vers les pays du Maghreb et de l’Afrique sub-saharienne sont plus nocives, moins contrôlées donc plus fortes et plus addictives.
Les cigarettes suisses sont les plus vendues en Afrique, avec 10mg de goudron, 1mg de nicotine et 10mg de monoxyde de carbone. Les cigarettiers suisses ne produisent donc pas les mêmes types de cigarettes que celles destinées au marché européen.
Selon l’enquête de Marie Maurisse, l’industrie suisse a généré un montant de 561 millions de francs en 2016, un chiffre tout près des recettes du chocolat et du fromage (578 millions de francs).
Avec un recul de 38 % du chiffre des ventes sur vingt ans suite au lynchage subis des  campagnes de prévention et de l’augmentation des prix, les fabricants géants sont British American Tobacco, Philip Morris International et Japan Tobacco International et ont fabriqué plus de 34.6 milliards de cigarettes en 2016 dont 25% sont destinés au marché local, le reste est exporté vers le Maroc, l’Afrique du sud et au Japon. En manipulant les pays pauvres, ces géants multinationaux dont la production se fait au sein de la Confédération helvétique envoient donc leurs fumées au marché africain très peu contrôlé pour faire croire aux consommateurs qu’ils sont de meilleure qualités et moins nuisibles pour leur santé.

 

Lire aussi
commentaires
Loading...