Les positions saoudiennes sur les points chauds du sommet

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Ibrahim al-Assaf a affirmé vendredi à Tunis l’impératif de réformer et de promouvoir les mécanismes de l’action arabe commune afin de permettre à la Ligue des Etats arabes (LEA) de s’acquitter de la mission qui lui est dévolue avec efficacité.   Il s’agit également de faire sorte que la LEA soit au diapason des développements sur la scène régionale et internationale et puisse relever les défis auxquels fait face la région arabe, a ajouté le chef de la diplomatie saoudienne dans son allocution à l’ouverture de la réunion préparatoire des ministres des Affaires étrangères du Conseil de la Ligue des Etats arabes au niveau du Sommet. Al-Assaf a rappelé que le précédent Sommet d’al-Qods présidé par le Royaume d’Arabie saoudite avait placé la cause palestinienne au cœur des priorités du monde arabe, exprimant le refus catégorique de son pays de la reconnaissance par les Etats-Unis et d’autres pays d’al-Qods comme capitale d’Israël. Le chef de la diplomatie saoudienne a, en outre, fait part du refus total de son pays et de sa condamnation à la décision de l’administration américaine de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan syrien occupé. Et d’affirmer que le Golan est une terre arabe syrienne occupée comme en attestent les résolutions internationales y afférentes. « Les tentatives d’imposer une politique du fait accompli ne changent en rien la donne historique« , a-t-il dit.
La décision américaine aura des conséquences négatives sur le processus de paix au Moyen Orient et sur la sécurité et la stabilité de la région arabe de façon générale, a relevé al-Assaf, rappelant que l’Arabie saoudite avait appelé à s’en tenir aux efforts menés sous l’égide de l’ONU et à soutenir les deux émissaires onusiens en Syrie et au Yémen ainsi que son Représentant spécial pour la Libye.   Pour ce qui concerne le Yémen, le chef de la diplomatie saoudienne a affirmé « l’attachement de son pays à l’unité et à la stabilité de ce pays ainsi que son soutien au gouvernement légitime et aux efforts déployés dans ce sens« .  S’agissant du dossier syrien, al-Assaf a affirmé que le Royaume d’Arabie saoudite demeure un soutien au peuple syrien et mettra tout en œuvre pour soulager ses souffrances et répondre à ses besoins humanitaires comme en atteste sa position de soutien à la stabilité de la Syrie, à sa souveraineté et à l’unité de ses terres. L’Arabie saoudite, a-t-il ajouté, œuvre à unifier les points de vue de l’opposition syrienne pour qu’elle puisse se rassembler autour de la table des négociations avec le régime pour trouver une solution politique garantissant la sécurité et la stabilité de la Syrie.   Sur le dossier libyen, al-Assaf a relevé que son pays soutient les institutions de l’Etat légitime en Libye et exprime son attachement à l’accord de Skhirat (Maroc) signé le 17 décembre 2015 en tant que feuille de route politique pour la crise en Libye.

Lire aussi
commentaires
Loading...