La saison de migration irrégulière serait-elle relancée ?

34 migrants irréguliers ont été interceptés hier par les gardes côtes aux larges de Kelibia, relevant du gouvernorat de Nabeul, à bord d’une embarcation de pèche, en direction des côtes italiennes. Le communiqué du ministère de l’intérieur, faisant état de l’incident, n’a pas donné d’indications précises concernant les nationalités, les catégories d’âge ou le genre des personnes impliquées. Le groupe a été mis en garde à vue en attendant leur comparution devant la justice pour délit de tentative de franchissement irrégulier des frontières.

Avec cette tentative avortée, on estime que la « saison » de la migration irrégulière vers l’Europe, pour l’année 2019, est lancée. De vraies raisons poussent à le croire puisqu’on est habitué,s avec l’arrivée du printemps et puis l’été, temps clément et mer calme y encouragent, à un retour en force du mouvement, après l’hibernation hivernale.

A chaque fois que le mouvement est relancé, c’est toujours des centaines de cadavres de jeunes tunisiens et subsahariens qui sont repêchés, une absence totale de réactions positives, aussi bien des pays de la rive sud que ceux de la rive nord de la méditerranée n’est ressentie. Bien au contraire, tout donne à croire que l’on penche de plus en plus vers les solutions de répression, qui se sont avérés inefficaces, qu’à une approche globale du problème. Une approche qui favorise le développement économique des pays « exportateurs » de migrants irréguliers plutôt que l’approvisionnement des pays de la rive sud des moyens permettant de renforcer le bouclier levé pour protéger l’Europe de ce phénomène.

 

Lire aussi
commentaires
Loading...