La réactivation de l’Union douanière arabe nécessite une décision politique

La réactivation de l’Union douanière arabe nécessite une décision politique à l’échelle arabe et sa mise en œuvre pourrait tarder, a estimé le secrétaire général adjoint président de la section économique à la Ligue arabe, Kamel Hassen Ali.  Il ajouté, dans une déclaration, à l’agence TAP, avant le démarrage des travaux de la réunion du conseil économique et social (CES) relevant de la Ligue arabe au niveau ministériel, que la concrétisation de cette Union requiert une décision politique devant être prise dans des conditions favorables, faisant valoir que  » les conditions politiques dans les pays arabes sont difficiles ».
Le responsable a considéré que la mise en place de ladite Union est un pas vers le renforcement de l’économie arabe, affirmant qu’après le parachèvement de la grande zone arabe de libre-échange, les efforts seront focalisés sur l’union douanière arabe, sans omettre les questions épineuses ayant trait à la sécurité alimentaire arabe, au marché commun arabe de l’électricité, à l’économie numérique et aux nouvelles technologies.
Les participants à la réunion préparatoire du sommet arabe discuteront du plan d’exécution de la stratégie arabe de l’habitat et de l’urbanisation dans le cadre du développement durable, de l’action arabe dans les négociations sur les changements climatiques, qui représentent une vraie cause internationale inscrite dans l’agenda onusien, selon le responsable qui a appelé les pays arabes à concevoir une vision et une feuille de route précises concernant la question des changements climatiques.
Deux autres dossiers chauds seront examinés, à savoir le renforcement de la société nationale palestinienne pour l’autonomisation économique des Palestiniens et la valorisation de l’initiative émanant des Emirats Arabes Unis pour la fabrication d’un satellite par des compétences arabes.

Lire aussi
commentaires
Loading...