ESEN: SEIZE-IT Junior Forum, une réussite selon Jihene El Ouakdi (Vidéos)

Le Club Junior Entreprise ESEN à l’école supérieure de l’économie Numérique ESEN à Mannouba, a organisé mercredi 27 février 2019, la première édition du forum des jeunes (SEIZE-IT Junior Forum). C’était l’occasion d’inaugurerle nouveau localde l’école au pôle technologique de La Manouba, en présence du chef du cabinet du ministre de l’enseignement supérieur, du conseiller innovation du ministre des technologies de communication et de l’économie numérique, du gouverneur de Mannouba, de son secrétaire général, du délégué de Mannouba, du vice-recteur de l’université de Mannouba, et du directeur général du technopole de Ghazela qui gère également le technopole de Mannouba.
Dans une déclaration à Réalités Online, Jihene El Ouakdi, directrice de l’école Supérieure de l’économie numérique ESEN, a estimé que l’inauguration du nouveau local de l’école est un rêve qui devient réalité. Elle a affirmé que ce rêve a été réalisé grâce aux efforts fournis par toutes les parties prenantes, particulièrement ceux du ministère de tutelle, du gouvernorat de La Manouba, des responsables du technopole ainsi que de l’équipe de l’ESEN. Selon elle, cette inauguration constitue un nouveau départ de l’école supérieure de l’économie numérique pour s’ouvrir davantage sur son environnement économique et social, rappelant que l’ESEN est l’unique école numérique en Tunisie jouissant d’un positionnement 100% Business and Computing.
« L’inauguration de notre nouveau local était, il y a quelques mois, un simple rêve. Ce dernier se réalise grâce aux efforts des différents intervenants que ce soit l’université, le gouvernorat de La Manouba, ou encore le ministère de tutelle. C’était une occasion pour marquer un nouveau départ pour notre école en tant qu’unique école numérique en Tunisie. Nous formons à l’ISEN des étudiants qui ont des compétences en technologie à travers lesquels ils peuvent générer un impact économique. » a-t-elle affirmé.
La directrice de l’ESEN a rappelé que l’école avait démarré avec un axe fédérateur, qui est le commerce électronique, avant d’ouvrir tout un éventail de formations en fonction grandissant du marché du travail. « Avant l’école était appelée l’école supérieure du commerce électronique et puis on a ouvert l’éventail des formations en fonction du besoin grandissant du marché du travail. Nous avons ajouté deux grands axes à l’axe e-business, à savoir l’axe data sciences et un autre sur les technologies des systèmes d’information. Nous visons des formations interdisciplinaires qui croisent la technologie et le management dans tous les domaines de l’économie » a-t-elle fait savoir, et d’ajouter: « pour avoir cette interdisciplinarité, nous avons un corps enseignant de renommée qui est pluridisciplinaire. Nous avons également notre administration qui a une philosophie de résultats, nos clubs, et surtout nos étudiants. »
La responsable a, dans ce contexte, salué les efforts fournis par les étudiants appartenant au Club Junior Entreprise ESEN qui ont veillé au bon déroulement de la première édition du forum organisée de A jusqu’à Z par leurs soins.
Elle a affirmé que ce forum a pour objectif de sceller des partenariats entre l’école et les entreprises pour créer ensuite des postes d’emploi.

« Les coffee-talks et les conférences portant sur l’intelligence artificielle et la confiance numérique, organisés dans le cadre de ce forum, ont été une opportunité de networking par excellence pour les participants. Des discussions ont eu lieu entre les représentants de plusieurs entreprises et les étudiants pour chercher une éventuelle collaboration pour des projets futurs. » a-t-elle expliqué.
En ce qui concerne l’ouverture de l’ESEN sur le marché de l’emploi, la directrice a assuré que l’école, qui compte en moyenne 800 étudiants, jouit d’un taux d’employabilité estimé à 90%.
« Le taux d’employabilité de nos masters est estimé à 93%. Nous ne nous contentons pas uniquement de former des étudiants compétents en mesure de s’intégrer facilement dans le marché de l’emploi, mais nous voulons également former des créateurs de projets, en mesure de lancer leurs propres projets, pour créer de la valeur ajoutée et pour générer de l’emploi à long terme, chose qui aura un impact positif sur tout le tissu économique » a-t-elle indiqué.

 

Lire aussi
commentaires
Loading...