Youssef Chahed : « les tunisiens doivent se retrousser les manches »

Le Chef du gouvernement, Youssef Chahed, s’est exprimé dans la soirée de ce dimanche 10 février 2019 sur Al Watanya 1 pour revenir sur les derniers accords conclus avec l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) et la Fédération générale de l’enseignement secondaire.
« Les négociations étaient difficiles. Malgré les deux grèves générales, nous avons tenu bon en affirmant que le budget de l’État ne supportera pas de dépenses supplémentaires, et il est de notre devoir de préserver les équilibres financiers. Au final, nous sommes parvenus à ces accords grâce au dialogue, et ce malgré les tentatives de certaines parties de vouloir perturber ces négociations et de remettre en doute notre capacité de réussite. Je salue, à cet effet, nos partenaires sociaux et le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi. C’est une victoire pour la Tunisie », a-t-il commencé, rappelant que personne ne pouvait nier que le pouvoir d’achat des tunisiens s’était dégradé. Il y avait, néanmoins, des équilibres financiers à préserver selon lui. « Les retraités ne seront pas en reste, eux qui ont travaillé longtemps pour le pays, au même titre que les sécuritaires et les militaires qui défendent la Tunisie contre le terrorisme », a-t-il déclaré au sujet des augmentations salariales dans la fonction publique.
L’autre accord capital est celui qui a été conclu avec la Fédération générale de l’enseignement secondaire. Selon Youssef Chahed, il a pris en compte les capacités de l’État et les revendications des enseignants, mais pas seulement : l’année blanche a été évitée. « Les nombreuses rencontres avec le secrétaire général de l’UGTT ont permis de parvenir à une sortie de crise », a-t-il assuré, soulignant que les cours vont reprendre normalement dès ce lundi 11 février 2019. « Personne ne peut remettre en doute l’engagement des enseignants. Le gouvernement a toujours refusé toute tentative visant à les diaboliser. Nous avons enfin trouvé un consensus qui répond à leurs besoins et qui prend en compte les équilibres de l’État », s’est-il félicité.
D’autre part, le Chef du gouvernement a indiqué qu’il existe d’autres défis, à savoir la situation des familles nécessiteuses. « L’État doit leur venir en aide, et c’est pour cette raison que nous avons mis en place le programme sécurité sociale qui profitera à 900 000 familles. Tous ces accords montrent que la Tunisie est sur la bonne voie, au même titre que le processus démocratique qui repose, notamment, sur le dialogue social », a-t-il encore ajouté.
Chahed a rappelé, par la suite, les indicateurs économiques qui ont été revus à la hausse, à l’instar de la croissance économique. Désormais, il est temps de rétablir la valeur travail et que « tous les tunisiens se retroussent les manches ». « Rien ne se produit sans travailler. La suspension de la grève générale et l’accord dans l’éducation vont permettre de rétablir la valeur travail, permettre d’accélérer la croissance et d’améliorer le pouvoir d’achat. Ce climat social stable va également permettre d’organiser les élections. D’ailleurs, je salue l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) pour avoir élu le président et les trois nouveaux membres de l’Instance Supérieure Indépendante pour les Élections (ISIE) », a-t-il encore souligné, et de conclure : « la prochaine étape requiert l’unité de toutes les forces nationales. C’est le travail qui doit primer ».

Lire aussi
commentaires
Loading...