TAHYA LA RPDC

On a beau ne pas être un partisan du « complotisme » et, néanmoins, trouver que l’état piteux de notre pays n’est pas le fruit du hasard ou purement accidentel.
Avec un recul de 8 années, il est plus aisé de distinguer les forces malfaisantes qui conspirent, avec succès,contre la prospérité et la stabilité de la Tunisie.Entre celles qui rêvent d’un sixième califat , celles qui ne jurent que par Karl Marx, et enfin tous ceux qui détestent cette Tunisie éternelle, tolérante et ouverte, on a l’embarras du choix.
Après s’être méthodiquement attelé à détruire notre élite administrative et économique,à coups de procès, de détention préventive et d’interdiction de voyage, cette alliance des rétrogrades et des haineux a investi la sphère politique et associative pour achever sa mission de nivellement par le bas de notre nation.
En moins d’une décennie, cette alliance maudite est presque parvenue à ses fins : une nation en proie au doute et  un horizon assombri par de désastreuses perspectives économiques.
Une chose est sûre : Le salut ne risque pas de venir d’une classe politique sans envergure et dénuée de tout sens patriotique.
Il suffit de suivre les débats au sein de l’ARP, transformée en arène de la vulgarité et de l’opportunisme le plus vil, pour être dégoûté pour longtemps de  la chose politique. La foule de partis fantoches au service d’étroits intérêts personnels participe de ce dégoût.
Faut-il pour autant baisser les bras et ne plus croire en rien ?
La naissance d’un mouvement comme « Tahya Tounes » n’est-elle pas susceptible de redonner de l’espoir à tous ceux qui ne se consolent pas de la débâcle de « Nida Tounes » ?
L’affirmation d’un nouveau front républicain d’inspiration bourguibiste n’est-elle pas en soi une bonne nouvelle ?
A mon sens,  tout ce qui peut constituer un barrage aux ambitions des partis théocratiques et cryptocommunistes dans notre pays est le bienvenu.
Mais les promoteurs de « Tahya Tounes »doivent être conscients de l’ampleur de la tâche qui les attend et prêts à prendre des risques pour sauver ce pays du chaos.
Sont-ils prêts à affronter la voyoucratie qui veut imposer sa loi et humilie tous les jours l’Etat et ses représentants?
Ont-ils l’intention de mettre hors d’état de nuire les crapules qui prennent en otages nos enfants et les traîner en justice à la moindre incartade ?
Sont-ils décidés à jeter en prison la racaille qui entrave la production de phosphates et de pétrole?
J’ai bien peur que les vertus du dialogue et les discours baignés de larmes démocratiques ne seront d’aucun secours face à la vermine qui œuvre à la destruction du pays. Quand des enseignants se comportent comme des délinquants en escaladant les murs de leur ministère et se laissent guider par un sociopathe,quand à coups de grèves générales, une Centrale syndicale installe le désordre et encourage la sédition, il est impératif de recourir aux remèdes les plus drastiques, quitte à effaroucher quelques âmes sensibles.
Au bord de l’abîme, n’hésitons pas à opposer aux traîtres et aux séditieux des arguments  et des méthodes puisés, s’il le faut, dans l’idéologie« Djoutché » du grand Kim Il Sung. Ce n’est pas avec notre Constitution calamiteuse et la flopée de Hautes instances inutiles que les  fossoyeurs de la Tunisie cesseront de nuire.
Imaginez un instant ce qu’il adviendrait d’un Lassaâd Yacoubi s’il faisait le malin à Pyongyang ? Y verrait-on un Taboubi pester contre le gouvernement en brandissant son poing?Sait-on comment finissent les coupeurs de routes en terre coréenne du nord ? Yassine Ayari et Samia Abbou n’élèveraient plus la voix que dans les chorales scolaires en l’honneur de Kim Jong-Un.
Alors, en attendant que « Tahya Tounes » nous dévoile son projet salvateur, allez savoir pourquoi mais j’ai comme une envie de crier «Tahya la RPDC» (République populaire démocratique de Corée).

 *avocat et éditorialiste

Lire aussi
commentaires
Loading...