Sommet euro-arabe : rencontre entre BCE et Al Sissi

En marge du sommet de l’Union Européenne et de la Ligue des États Arabes qui débute ce dimanche 24 février, à Sharm Echeikh en Égypte, le président égyptien Abdelfattah Al Sissi a reçu le président de la République, Béji Caïd Essebsi. Selon des médias locaux, le ministre des Affaires étrangères Khemaies Jhinaoui et son homologue égyptien, Samah Chokry ont pris part à cette rencontre.
Notons qu’il s’agit du premier sommet UE-Ligue des États arabes. Il réunit pour la première fois les chefs d’État ou de gouvernement. Ces derniers chercheront à renforcer les liens arabo-européens. Ils aborderont également un large éventail de questions et de défis communs à l’instar de la question sécuritaire, le commerce et l’investissement et la migration…
Au cours de leur entretien, les présidents tunisien et égyptien se sont félicités de l’évolution des relations entre es deux pays.
Beji Caïd Essebsi a mis l’accent, à l’occasion, sur la volonté de la Tunisie de développer encore plus les domaines de coopération entre les deux pays, particulièrement dans le domaine sécuritaire pour affronter les défis sécuritaires et les dangers terroristes dans la région. BCE renouvellera le soutien de la Tunisie et sa solidarité avec l’Egypte dans son combat contre le terrorisme.
Le chef de l’Etat tunisien s’est félicité du niveau de concertation et de coordination entre les deux pays à propos du dossier d’un règlement politique en Libye dans le cadre de l’initiative tripartite pour résoudre  la crise libyenne.
Pour sa part, Abdelfattah El Sissi a mis l’accent sur l’importance des défis auxquels la région est confrontée, ce qui nécessite d’unir les efforts de tous les pays arabes pour défendre leurs intérêts dans le cadre d’un dialogue profond, constructif et franc avec les partenaires européens.
La rencontre a été également l’occasion pour passer en revue les préparatifs en cours pour la tenue du sommet arabe en Tunisie fin mars prochain. Les questions qui seront abordées par ce sommet notamment la question palestinienne et le processus de paix au Moyen orient et les perspectives de règlement politique des crises qui secouent la région particulièrement en Libye, en Syrie et au Yemen, ont été au centre de cet entretien.

Lire aussi
commentaires
Loading...