Nidaa Tounes : la lutte de pouvoir reprend de plus belle !

A quelques semaines de son premier congrès électif (s’il a lieu), Nidaa Tounes subit encore les divisons et les fissures malgré ses tentatives de rassembler ses dernières miettes. Deux déclarations, et non des moindres, soulignent ce fait. Il y a, tout d’abord, le dirigeant au sein du parti Boujemaa Remili. Il a confié, ce jeudi 14 février 2019, à l’agence TAP qu’il existe des différends et des divisions au sein du parti autour de la tenue du congrès électif.
De fait, certains craignent pour leurs acquis selon Remili. Des acquis qu’ils risquent de perdre après le scrutin. Il a, dans ce même contexte, insisté sur la nécessité de l’unité et de l’ouverture du parti.
L’autre déclaration nous vient du côté d’Abdelaziz Kotti, qui est intervenu ce jeudi 14 février 2019 dans Houna Shems. Il a été plus direct que son collègue puisqu’il a ouvertement accusé le Revenant Ridha Belhaj, avec d’autres personnalités, de perturber et de détruire Nidaa Tounes. « Ils [Belhaj et sa troupe] surfent sur les événements et perturbent la démarche du parti », a-t-il lâché, et d’ajouter, à l’adresse de Ridha Belhaj : « si tu as un autre projet, je te prie de t’en aller pour nous laisser travailler ».
De telles tensions étaient prévisibles et elles soulignent que la lutte de pouvoir au sein de ce qui reste de Nidaa Tounes est interminable. Rien de plus normal après tout, étant donné que ce sont les mêmes têtes qui dirigent le parti, alors qu’elles étaient, en grande partie, à l’origine du déchirement constaté depuis 2014. Dans ce contexte de désolation, un grand absent se fait remarquer : Hafedh Caïd Essebsi. Le fils du président de la République nous avait habitués avec ses statuts à tout-va. Or, il ne s’était pas exprimé depuis le 7 janvier dernier. Le président autoproclamé de l’instance politique de Nidaa Tounes aurait-il, enfin, compris qu’il sera incapable de rassembler Nidaa Tounes ? Le parti se rapproche d’un premier congrès électif qui s’annonce explosif. Nous ne sommes certainement pas au bout de nos surprises et Nidaa Tounes, quant à lui, n’est pas au bout de ses peines.

Lire aussi
commentaires
Loading...