Économie parallèle : les chiffres accablants de l’ITES

Experts économiques et décideurs politiques sont d’accord pour dire que l’économie parallèle dévore l’économie nationale. Les chiffres fournis par l’Institut Tunisien des Etudes Stratégiques (ITES) confirment cette tendance. Au total, 1 453 620 actifs y travaillent, soit 41,5% de la population active totale.
D’après l’ITES, 53,7% des hommes actifs sont touchés contre 21% des femmes. Au niveau de la formation, 21% des citoyens actifs dans l’économie parallèle ne sont pas allés au-delà de l’école de base. Autre constat accablant : 9% des hauts diplômés sont dans ce secteur.
Certains gouvernorats, selon l’ITES, sont plus touchés que d’autres. À Sidi Bouzid, à titre d’exemple, 53,4% des actifs sont dans l’économie parallèle. On compte 51% à Médenine, 54% à Mahdia, 5,5% à Sousse et 7% à Sfax.
L’environnement économique tunisien, de ce fait, semble plutôt propice à l’émergence d’entreprises actives dans l’économie parallèle. En effet, d’après l’ITES, ces entreprises ont vu leur nombre augmenter 20% entre 2011 et 2017 contre 10% seulement pour les entreprises « conventionnelles ».

Lire aussi
commentaires
Loading...