Algérie:Les médias se font discrets

Les échos de la colère des algériens se font entendre partout dans le monde suite à la candidature annoncée d’Abdelaziz Bouteflika pour un 5eme mandat  sauf en Algérie. Triste constat pour les médias algériens qui depuis le début de la grande marche à la place du 5 mai à Alger n’ont pas remué la plume pour rapporter ce qui se passe réellement dans les rues algériennes.
Les protestataires ont également exprimé leur mécontentement à l’égard des médias en les traitant violemment de « Métier de la honte » et en brandissant des pancartes incitant les journalistes à se rallier à leur cause. Des démissions ont vu le jour dans le secteur médiatique notamment de Meriem Abdou rédactrice en chef de la chaîne 3. « Je refuse catégoriquement de cautionner un comportement qui foule aux pieds les règles les plus élémentaires de notre noble métier » a affirmé la journaliste.
Meriem Abdou ne fut pas la seule à protester contre ce bafouillement de la déontologie du journalisme. Kada Benamar, journaliste algérien a fait part de sa colère envers ses collèges lors d’une déclaration à « Al Arab » « Nous n’avons pas étudié le journalisme pour nous taire, fermer l’œil sur ce mouvement national est un crime contre la vérité »

 

 

Lire aussi
commentaires
Loading...