Marzouki se porterait candidat aux présidentielles 2019

Dans une interview accordée au journal Assabah dans son édition du lundi 21 janvier 2019, l’ex-président provisoire de la République Tunisienne et secrétaire général du mouvement Harak Tounes Al Irada, Mohamed Moncef Marzouki, est revenu sur les préparatifs de son parti pour la période à venir. Il a dans ce contexte affirmé que le fait de créer un parti politique dans de telles conditions est semblable à une partie de pêche en pleine tempête. Il a précisé que les chances sont assez limitées pour faire face aux défis politiques, aux “pathologies psychiques” qui viennent de se proliférer dans la société ainsi qu’aux revendications urgentes des tunisiens. “Compte tenu de nos potentialités matérielles très limitées, et face particulièrement à mon exclusion de la scène médiatique, nous avons choisi de compter sur nous-mêmes . Créer un mouvement politique dans de telles conditions était pour nous tel un attentat suicide” a-t-il affirmé. Et d’ajouter: ” Malgré tout, et particulièrement malgré les secousses et les démissions, nous sommes en train de donner naissance à un mouvement politique, plus étendu qu’un simple parti politique, basé à la fois sur la politique, la culture et la société. Nous avons commencé par la politique et je vais ensuite m’occuper du volet culturel car, après 2019, je vais céder la présidence du parti à une autre personne“.
Il a par ailleurs indiqué que son mouvement politique a pour objectif d’édifier l’avenir ajoutant que les objectifs vont jusqu’à 2065. “Certains vont nous ridiculiser… Mais nous sommes le seul parti politique à avoir évoqué les problématiques liées aux changements climatiques, aux ressources hydrauliques ainsi qu’à la sécurité alimentaire” a-t-il expliqué.
Par ailleurs, en ce qui concerne les élections de 2019, Mohamed Moncef Marzouki a affirmé que son parti est en train d’étudier une éventuelle candidature aux prochaines élections qui se déroulement d’ici la fin de l’année en cours. D’ailleurs, l’annonce officielle sera faite avant l’été prochain. “Néanmoins, nous sommes actuellement en train de mettre en place des programmes et des idées dans l’espoir que les prochaines élections soient basées sur des conflits idéologiques et des programmes. Bien que je suis plus que certain que ces partis auront recours aux rumeurs, aux mensonges, à l’argent ainsi qu’aux faux sondages pour réussir leurs campagnes électorales. Le peuple des citoyens doit faire face à ces pratiques et défendre la démocratie et une nouvelle approche du pouvoir” a-t-il conclu.

Lire aussi
commentaires
Loading...