Le dernier message du journaliste Abderrazak Rezgui (Vidéo)

Le jeune journaliste-photographe Abderrazak Rezgui vient de mettre fin à ses jours après s’être immolé par le feu à la place des martyrs à Kasserine. Le jeune homme protestait contre sa situation sociale assez difficile mais également contre la marginalisation dont fait l’objet le gouvernorat de Kasserine. Quelques minutes avant de passer à l’acte, le défunt a mis en ligne, sur les réseau sociaux, une vidéo en direct, où il a expliqué les raisons l’ayant poussé à se suicider.

« Bonjour à tous les chômeurs… Merci de partager massivement le sujet dont je vais parler… Mon sujet d’aujourd’hui, c’est les chômeurs de Kasserine. Je dis bien les chômeurs, qui n’ont pas un gagne-pain, qui ne trouvent pas quoi manger… Qui quand ils viennent ici protester, on les accuse de terrorisme. A chaque fois où une personne sort dans la rue pour revendiquer son droit à l’emploi, on invente une histoire de terrorisme. Une attaque ici, un attentat par là… Ils cherchent à nous faire taire. Tais toi, restes à ta place et meurs de faim… D’accord, un appel aux chômeurs de Kasserine. En ce qui me concerne, j’ai décidé aujourd’hui de faire déclencher tout seul une révolution. Celui qui veut me soutenir il est le bienvenu. Je vais protester seul, je vais m’immoler par le feu et si une personne arrive à décrocher un emploi grâce à moi, j’en serai ravi, que Dieu lui vienne en aide. Ça suffit, 8 ans déjà. Y’en a marre des promesses quotidiennes non tenues. Ce ne sont que des mensonges. Pour moi, je n’appartiens à aucun parti politique… Vous, vous refusez de faire employer les chômeurs et vous préférez débaucher ceux qui ont déjà un gagne pain et qui peuvent se débrouiller… Il y a des gens qui n’ont absolument rien du tout. Il y a des régions marginalisées appauvries. Aucun sou. Il y a des gens morts bien qu’ils soient vivants. Figurez vous, il y a des endroits à Kasserine où les habitants ne connaissent même pas le nom du président de la République, ni le gouverneur… Pour moi, je ne vais pas attendre ni janvier ni février ni mars. Il n y a pas de raison. Il me reste uniquement vingt minutes avant de me faire arroser d’essence et ensuite m’immoler. On ne sait jamais. Peut être que l’Etat va réagir et se retourner vers Kasserine. Cette région où les gens qui ne trouvent plus de quoi manger et meurent de faim… Nous avons revendiqué l’emploi, on nous a donné le terrorisme. Pourquoi, nous ne sommes pas des humains comme vous? Il y a des ministres qui sont payés 30 mille dinars par mois, alors qu’un kasserinois passe 24h/24 au café… Faites nous employer, nous ne dirons pas non. A tous les chômeurs de Kasserine, il ne me reste que 20 minutes. Je suis à la place des martyrs…Revendiquez votre droit, protestez, faites brûler les pneus … l’Etat ne veut pas les mouvements pacifiques. J’espère que mon message vous a été livré… » 

Lire aussi
commentaires
Loading...