Grandes surfaces : les professionnels ne veulent pas de la taxe à 35%

La chambre syndicale des grandes surfaces, relevant de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA), voit d’un très mauvais œil la taxe à 35% qui devrait toucher le secteur en 2020. Dans une déclaration accordée à l’agence TAP, le président de la Chambre, Hédi Baccour a appelé à annuler la taxe. Cette dernière, rappelons-le, devait être appliquée dès 2019, mais son entrée en vigueur a été reportée par le gouvernement.
Baccour considère que l’imposition va automatiquement impliquer une hausse des prix des produits à la consommation, ce qui aura des répercussions sur le pouvoir d’achat, d’autant plus que cela risque de freiner les investissements dans le secteur. Il a aussi appelé à aligner l’impôt sur la grande distribution avec celui des autres secteurs : 13,5%. D’un autre côté, il est revenu sur la polémique autour de la marge bénéficiaires des grandes surfaces, soulevée par l’organisation tunisienne pour informer les consommateurs (OTIC). « Les données sur les marges bénéficiaires des grandes surfaces sont publiques et elles sont accessibles sur le site de la Bourse. D’un autre côté, les bénéfices nets se situent aux alentours de 1%. De ce fait, imposer ne serait-ce qu’un point risque de rendre les enseignes incapables de concrétiser leurs plans d’investissements et de distribuer des dividendes », a-t-il encore expliqué
Rappelons que l’OTIC a appelé à boycotter les grandes surfaces en raison des hausses des prix qu’elle juge « abusives ». Dans ce même contexte, l’Organisation de Défense du Consommateur (ODC) a affirmé, par la voix de son président Slim Saadallah, qu’elle n’adhère pas au boycott.
Malgré l’appel au boycott, il sera difficile de voir les tunisiens se passer des grandes surfaces. D’après une étude réalisée par l’Institut National de la Consommation (INC), 60% des habitants du Grand Tunis y font leurs courses. D’autre part, les grandes surfaces se sont accaparées 25% de la part de la grande distribution dans le commerce en 2017. « Dans la prochaine décennie, cette part devrait grimper à 40% », a précisé Tarak Ben Jazia, directeur général de l’INC.

Lire aussi
commentaires
Loading...