Le Forum de La Mer Bizerte face aux épineuses questions migratoires et écologiques

La première édition du Forum de la Mer Bizerte ouvrira ses portes le 20 octobre prochain, jusqu’au 21 du même mois. A cet effet, une conférence de presse a été organisée à Dar Dhiafah à Carthage Hannibal mardi 25 septembre 2018, présence de Néji Jalloul, directeur général de l’Institut Tunisien des Etudes Stratégiques (ITES), Olivier Poivre d’Arvor, ambassadeur de France en Tunisie, et de Patrice Bergamini, ambassadeur de l’Union Européenne (UE) en Tunisie. Le projet a été initié par l’ITES, en partenariat avec l’UE et l’ambassade de France en Tunisie. La conférence a été organisée après les fins des 4 mois de la Saison Bleue.
L’économie bleue, en Tunisie, représente 12% du PIB selon Néji Jalloul. Les responsables présents ont souligné que le secteur peut devenir un générateur d’emplois et de richesses. « Sensibiliser aux nouveaux métiers de la mer et instaurer une prise de conscience par rapport à ces opportunités », ont-ils souligné. Le premier Forum de la Mer vise à créer, selon l’ambassadeur de France en Tunisie, un lieu d’échange entre les professionnels et les experts sur l’économie bleue, mais pas que : l’écologie, qui constitue une question centrale pour le développement de la Méditerranée. « Il faut miser sur un tourisme durable, qui peut rapporter énormément à la Tunisie, au même titre que l’aquaculture », a-t-il dit.

Une prise de conscience générale a été constatée, selon le diplomate français, au sujet de l’importance de l’enjeu écologique. « Le Forum de la Mer Bizerte est soutenu par l’Union pour la Méditerranée. 90 millions d’euros ont été débloqués pour la dépollution et pour le développement de l’économie bleue. Nous souhaitons que le Forum acquière une dimension méditerranéenne, et ce dans l’objectif de traiter des dossiers importants à l’instar de l’économie, du social et de la migration », a-t-il encore précisé, ajoutant que le Forum devrait permettre de dépasser les conflits politiques.
La question migratoire, rappelons-le, suscite de nombreux débats actuellement au sein de l’UE. De fait, comment le Forum de la Mer Bizerte réussira-t-il là où les diplomaties méditerranéennes ont échoué ? Interpellé sur le sujet, l’ambassadeur de l’UE en Tunisie, Patrice Bergamini, a rappelé que la fuite des cerveaux est devenue un phénomène récurrent en Tunisie et dans le monde arabe d’une manière plus générale. « 98% des étudiants arabes, ayant achevé leurs études à l’étranger, ne reviennent pas à leur pays d’origine », a-t-il affirmé. Selon le diplomate, cette tendance souligne que ces jeunes ne trouvent pas d’opportunités dans leurs pays d’origine. Or, poursuit-il, la rive Sud de la Méditerranée devrait regorger d’opportunités. Le Forum de la Mer Bizerte créera justement un espace de dialogue sur cette question. D’où la nécessité d’octroyer une dimension méditerranéenne à cet événement.

Des questions délicates abordées en dehors des considérations politiques
A titre d’information, le Forum de la Mer Bizerte se tiendra les 20 et 21 octobre prochain à l’hôtel Andalucia de Bizerte. L’événement constituera un lieu d’échange pour les participations, composés d’experts et de professionnels. La première journée comprendra des ateliers thématiques, avec la participation d’intervenants de haut niveau venant des quatre coins du bassin méditerrané. Parmi les thèmes qui seront abordés, il y aura l’aménagement du littoral, l’érosion côtière, les infrastructures maritimes et d’autres sujets climatiques.
Durant la seconde journée du 21 octobre 2018, les participants, qui seront accompagnés de personnalités politiques, se pencheront davantage sur l’économie bleue durable. L’événement, notons-le, sera clôturé avec la participation du Chef du gouvernement, Youssef Chahed, et du ministre français de l’Europe et des Affaires Étrangères, Jean-Yves Le Drian.
Les organiseurs du Forum de La Mer Bizerte, l’ITES et ses partenaires européens, souhaitent en faire un événement annuel d’envergure méditerranéenne, où les grandes questions de la zone y seront abordées en dehors des considérations politiques. Y arriveront-ils ? La première édition de l’événement ne manquera pas de nous fournir un aperçu.

Lire aussi
commentaires
Loading...