Le contentieux de l’Etat répond au syndicat des conseillers-rapporteurs

Le chargé du contentieux de l’Etat a dans un communiqué rendu public répondu en 7 points à un communiqué rendu public par les conseillers rapporteurs.
Primo, il rappelle que le chargé du contentieux de l’Etat est une direction générale parmi d’autres directions sous tutelle du ministère des Domaines de l’Etat et des affaires foncières, et ce conformément à la loi. De ce fait, la direction précitée est soumise au droit administratif
Secundo, il rappelle que  le communiqué publié par ceux qui s’autoproclament « syndicat de base des conseillers rapporteurs » n’est signé par aucune partie officielle et a été rapidement exploité par des parties politiques ce qui révèle que le choix du timing de sa publication n’est pas anodin.
Tertio, le communiqué rappelle que le chargé du contentieux de l’Etat accomplit la mission que lui confère la loi et milite pour la défense des intérêts de l’Etat tunisien.
Quatrième points soulevé par la précision du chargé du contentieux de l’Etat, un appel à éviter les échanges politiques improductifs et l’exploitation de l’administration qui agit dans la neutralité avec tous. La direction générale du contentieux de l’Etat traite impartialement et sérieusement tous les dossiers de corruption dans l’intérêt du pays.
Le chargé du contentieux de l’Etat rappelle, dans son cinquième point, que le député à l’Assemblée des Représentants du Peuple, Imed Daimi est poursuivi judiciairement par le ministre des Domaines de l’Etat,et ce par procuration au chargé général.
Par ailleurs, les décisions de classer les affaires émises par la justice sont soumises au ministère public qui peut qui peut en faire appel pour l’intérêt de la société ou renonce à le faire ce qui veut dire que les autorités publiques renoncent aux poursuites. Ainsi, le chargé du contentieux de l’Etat accomplit son devoir à l’aune de cette règle, et en totale harmonie avec le ministère public.
A la fin, le chargé du contentieux de l’Etat souligne que les tentatives visant à influencer le cours de ce service, et le classer politiquement dans un clan ou un autre dans le contexte général difficile que vit la Tunisie. Il conclut en appelant tous les patriotiques à soutenir l’administrationà l’instar du ministre des Domaines de l’Etat, d’où le recrutement de 50 conseillers rapporteurs en 2018.

Lire aussi
commentaires
Loading...