L’Etat tunisien manquerait de liquidité

Le versement à l’avance des salaires des fonctionnaires à l’occasion de l’Aïd Al Fitr a fait couler beaucoup d’encre et les économistes ont été nombreux à dénoncer la décisions du Chef du gouvernement, Youssef Chahed.
Après Ezzeddine Saïdane, c’est au tour d’un autre expert économique, Mohamed Jarraya, de se prononcer sur la question ce mardi 19 juin 2018 dans Houna Shems. La planche à billets, selon lui, a été mise en oeuvre à l’extérieur de la Tunisie, suite à une demande formulée deux semaines avant le versement des salaires.
Une telle opération, selon l’économiste, ne fera qu’affecter la crédibilité de l’économie tunisienne vis-à-vis des institutions mondiales, surtout au niveau de l’octroi des crédits. Il explique qu’elle est déployée dans une situation où l’Etat manque de liquidité. Il exclut, néanmoins, toute possibilité de faillite. « Aucun Etat ne peut faire faillite avec sa propre monnaie« , a-t-il ajouté.
Reste, désormais, à connaître les conséquences de la décision de Chahed. Elle sera sans doute observable dans le taux d’inflation de juin 2018 qui devrait être publié par l’Institut National des Statistiques (INS) début juillet.

Lire aussi
commentaires
Loading...