Face à l’asphyxie du citoyen, les banques doivent réagir, selon l’ODC

La hausse du taux d’intérêt directeur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT) a provoqué un véritable tollé sur la scène nationale. C’est au tour de l’Organisation de défense du consommateur (ODC) de s’emparer du sujet, dénonçant une décision qui pèsera lourd sur le consommateur.
D’après Taoufik Ben Jemii, membre de l’Organisation, la hausse risque d’amplifier les difficultés auxquelles le citoyen fait déjà face. Ajoutés à cela, poursuit-il sur Mosaïque FM ce lundi 18 juin 2018, les taux d’intérêt qui risquent eux aussi d’augmenter.
« Le consommateur va subir de plein fouet cette hausse. A titre d’exemple, au lieu de payer une échéance mensuelle de 250 TND, il en paiera 300 TND ! C’est lui qui subit les conséquences des difficultés majeures du pays, alors que seules 4 personnes se réunissent dans un bureau pour décider d’alourdir le poids qui pèse sur les citoyens », a-t-il déploré.
Dans ce contexte de crise, selon le membre de l’ODC, tout le monde doit se partager la charge, y compris les banques. « Le citoyen est asphyxié, d’autant plus que le taux d’intérêt directeur a été revu à la hausse de 1 point entier ! », a-t-il dit.

Lire aussi
commentaires
Loading...