POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Tourisme thermal : un fleuron de l’économie tunisienne que l’État doit soutenir

hammam1
À gauche, Khemaïes Morjane, directeur d’El Mouradi Hammam Bourguiba. À droite, Rzig Oueslati, directeur général de l’ONTH.

Après une première journée consacrée aux unités de production de l’usine de Safia d’Ain Ksiba, le programme organisé par l’Office National du thermalisme et de l’hydrothérapie (ONTH) s’est poursuivi samedi 25 février. Une journée durant laquelle le rôle majeur du thermalisme et de l’hydrothérapie dans l’économie tunisienne a été mis en lumière. C’est autour de cette thématique qu’un point presse a eu lieu animé conjointement par Rzig Oueslati, directeur général de l’ONTH, et Khemaïes Morjane, directeur d’El Mouradi Hammam Bourguiba.

La nécessité du soutien de l’État au thermalisme
Revenant sur l’historique de l’établissement, Rzig Oueslati a souligné que le thermalisme a profité d’un « soutien politique inconditionnel » à l’époque de Habib Bourguiba, ancien président de la République tunisienne. Seulement, la station thermale a été privatisée en 1994, pour être rattachée à la chaîne hôtelière El Mouradi. ‘L’interventionnisme de l’État avait atteint ses limites », a-t-il déclaré, considérant que la privatisation de l’établissement lui a offert la flexibilité dont il avait besoin. Chose qui était impossible dans le secteur public, compte tenu de sa rigidité. « La seule voie pour le recrutement est le concours national dans la fonction publique. Or, le marché est soumis à la loi de l’offre et de la demande et la flexibilité s’impose. L’administration publique est incapable de gérer cette flexibilité »,  a-t-il expliqué.
Le directeur général de l’ONTH considère que le thermalisme possède de nombreux atouts. « Les bienfaits sur la santé sont indiscutables. Les bénéficiaires du thermalisme vivent leur vieillesse en bonne santé. Dans la médecine curative, le secteur est considéré comme l’une des solutions de traitement des maladies du siècle, à l’instar du cancer ou de l’obésité. L’Etat doit soutenir le secteur et le tourisme thermal », a-t-il encore déclaré.
Rzig Oueslati affirme, par ailleurs, que l’ONTH est le seul office au monde qui s’occupe des problèmes de l’eau, sans compter son rôle majeur dans la diplomatie économique pour attirer les investisseurs étrangers, ainsi que les touristes. « Avec la ministre du tourisme, Salma Elloumi Rekik, nous avons, à titre d’exemple, obtenu la levée du VISA d’entrée pour les chinois. Désormais, ils n’auront besoin que d’un justificatif de résidence valable et de leur passeport pour entrer en Tunisie. La Chine nous a tendu la main, il est de notre devoir de l’accepter », a-t-il expliqué.
Il est à rappeler que l’ONTH était sous la tutelle du ministère du tourisme. Actuellement, il est sous la tutelle du département de la Santé. Selon le directeur général, il est essentiel de remobiliser le ministère du Tourisme. « L’Etat doit fournir à l’ONTH les moyens nécessaires pour pouvoir assurer sa présence dans les foires internationales « , a-t-il déclaré.

Tourisme thermal : une alternative au tourisme « traditionnel » en crise
De son côté, Khemaïes Morjane, directeur d’El Mouradi Hammam Bourguiba, s’est félicité de la prise de conscience par les autorités de l’importance du secteur du thermalisme en Tunisie, affirmant que Hammam Bourguiba est la première station de Tunisie, et la plus importante également. Dans sa déclaration à Réalités Online, Khemaïes Morjane a affirmé que le tourisme thermal peut constituer une alternative au tourisme traditionnel, actuellement en crise, malgré la timide reprise, à cause de l’instabilité sécuritaire. « Suite à la fermeture de plusieurs établissements hôteliers ces dernières années, forte était l’affluence des touristes vers la station thermale. Nos clients sont nombreux. Ils sont tunisiens, algériens, libyens et ils viennent même du Moyen-Orient. Nous comptons à notre actif un complexe sportif dont profitent les clubs sportifs qui viennent séjourner à Hammam Bourguiba », a-t-il expliqué.
Le directeur appelle, dans ce cadre, le gouvernement à encourager les investissements dans le thermalisme et à fournir les conditions nécessaires à la concrétisation des projets : routes, infrastructures et aéroports. « En remettant l’aéroport de Tabarka en service, l’affluence vers Hammam Bourguiba sera plus importante », a-t-il souligné, à titre d’exemple.

Le thermalisme pour prévenir les maladies
Nombreux sont les services proposés dans la station thermale de Hammam Bourguiba. Outre les salles de sport et les terrains sportifs, l’établissement comprend également l’unité de cure ORL (Oto-Rhino-Laryngologie). C’est ici que les spécialistes du centre proposent des douches nasales ou encore l’aérosol thermal pour déboucher le sinus.

Le directeur d'El Mouradi Hammam Bourguiba au côté de l'équipe médicale de l'unité de cure ORL.
Le directeur d’El Mouradi Hammam Bourguiba aux côtés de l’équipe médicale de l’unité de cure ORL.

« Ces soins constituent une manière de prévenir les maladies. Certains clients affirment rester en bonne santé pendant 6 à 9 mois, sans consulter de médecins, après avoir bénéficié de nos soins, qui sont en grande partie remboursés par la CNAM. Cette efficacité les a fidélisés », a déclaré Khemaïes Morjane.

hammam4-2
L’aérosol thermal pour déboucher le sinus.
hammam4-1
Machine pour la douche nasale.
Lire aussi
commentaires
Loading...