Safar de Imed Alibi : Beau, sensuel, envoûtant et audacieux

images (1)


Le musicien tunisien Imad Alibi vient de sortir son premier album intitulé «Safar» chez IRL Records en Angleterre. Ce virtuose de la percussion, ancien membre du groupe Les Boukakes, a côtoyé des groupes et musiciens comme Mamdouh Bahri, Michel Marre, Rachid Taha, Watcha Clan, Ghalia Ben Ali, Amel Mathlouthi… Les édifices de sa musique sont construits sur les fondations de rythmes berbères et soufis, associés au violon surfant la vague orchestrale, à une marée montante de beats digitaux et à une lourde basse qui trace sa route le long de ce rivage musical.

Les édifices de sa musique sont construits sur les fondations de rythmes berbères et soufis, associés au violon surfant la vague orchestrale, à une marée montante de beats digitaux et à une lourde basse qui trace sa route le long de ce rivage musical. Le violoniste Zied Zouari est le collaborateur de Khaled, Amel Mathlouthi et de Lena Chamamyan ; les beats sont de Zé Luis Nascimento, le percussionniste brésilien qui a évolué auprès de Titi Robin et Mayra Andrade;la basse, elle, est du français Pascal Teillet de Speed Caravan. Issu de tous les coins du monde, ce projet forge, par sa magie, une vision musicale progressive. Non-étranger aux studios, ce quartet entreprend un voyage pour capturer et cristalliser un projet musical qu’il savait potentiellement inspirant. Ce voyage n’a pas été nécessaire. Immédiatement, c’est la musique qui trouve le quartet, le capture et le cristallise. Aidée de la sympathie et de l’innovation de l’équipe de production, composée de Justin Adams (Juju, Tinariwen, Robert Plant), Tim Oliver (The Stone Roses, Happy Mondays, New Order, Robert Plant, Sinead O’Connor) et le claviériste, arrangeur et compositeur français Stephane Puech, Imed Alibi est maintenant prêt à sortir son premier album, révolutionnaire, chez IRL Records. Le nom Safar, qui signifie voyage en arabe, est adéquat à l’histoire du projet. C’était au départ un projet de percussions de Imed et Zé Luis. Les deux musiciens ont ensuite décidé d’ajouter des mélodies, ce qui a amené naturellement Zied, à ajouter son violon et Pascal à soutenir les sessions avec sa basse. Une fois réunis au studio, ils décident d’introduire les effets électroniques de Stephane. Imed a ensuite rencontré Justin Adams lors de nombreux festivals, comme guitariste du groupe de Robert Plant. Sachant l’intérêt de Justin par l’aventure musicale, Imed l’invite à participer aux arrangements et à la production.  Belle, sensuelle et captivante, cette musique arabe moderne est la musique de l’ambition et du courage, une musique où culture et géographie fusionnent, nous emportant au cœur de l’espoir et à la source originelle de l’humanité, nous offrant une méditation intime, un sens à notre vie.”

Imed Alibi fait de la musique du monde. Une musique du monde moderne. Un monde de rythmes, de temps, de mélodies, d’idées, de transformations, de technologies et de passion. Un monde où tout est fluide ; où toute notion de temps, d’espace et de musicalité est transcendée.

Le nom «Safar», qui signifie voyage en arabe, est adéquat à l’histoire du projet. C’était au départ un projet de percussions de Imed et Zé Luis. Les deux musiciens ont ensuite décidé d’ajouter des mélodies, ce qui a amené naturellement Zied à ajouter son violon et Pascal à soutenir les sessions avec sa basse.

Une fois réunis au studio, ils décident d’introduire les effets électroniques de Stéphane. Imed a ensuite rencontré Justin Adams lors de nombreux festivals, comme guitariste du groupe de Robert Plant. Sachant l’intérêt de Justin par l’aventure musicale, Imed l’invite à participer aux arrangements et à la production…

Les cultures et techniques musicales des artistes donnent à «Safar» (voyage) une universalité de fait. Le travail d’Imed Alibi tient lieu d’une éthique engagée délibérément en faveur d’une fraternité musicale et de la possibilité de sa réalisation par l’art musical. Car il permet un dialogue interculturel constant et pacifié. On y entendra donc les rages du rock, les plaintes lyriques du blues, les méditations savantes des sages indiens, les frénésies hallucinées des soufis, les tendresses des chaloupés samba et meringué, les chants des divas orientales et l’éternel besoin de paix, de liberté, d’amour qui traverse toute musique authentique et ce voyage transhistorique et géographique au pays des espoirs et des énigmes humaines. Écouter ces compositions est plus qu’un plaisir et un bonheur des sens. C’est une méditation sur le sens de nos vies…

F. B.

 

Lire aussi
commentaires
Loading...