Dossier: 10 idées pour comprendre les résultats des législatives

 

téléchargement

 

Par Chawki Gaddès 

Analyse détaillée des résultats: Equilibres politiques, évolutions possibles, enjeux de la géographie électorale, morphologie des pouvoirs…

Une semaine après le jour du scrutin historique et trois jours seulement après l’obtention des résultats chiffrés, le spécialiste en droit électoral et expert des processus électoraux, Chawki Gaddès, se fixe ici pour tâche de décortiquer, à chaud, les chiffres issus du scrutin. C’est là un travail de statisticien doublé de celui de juriste qui est loin d’être aisé, mais qui s’avère nécessaire afin d’évaluer la qualité du processus électoral et d’essayer de prévoir l’évolution du système politique.

Nous essayerons d’éclairer le lecteur à travers des axes de l’étude qui s’articulent autour de la réponse aux questionnements suivants :

  • Quels résultats globaux des élections en termes de sièges ?
  • Quel nombre de voix ont été obtenus par les listes ?
  • Quels effets de l’absence de seuil sur le mode de scrutin ?
  • Quelle répartition des deux pôles politiques sur la carte politique ?
  • Quelle représentation du genre dans l’Assemblée élue ?
  • Quel taux de participation des Tunisiens aux élections ?
  • Quelles sont les proportions des votes blancs et nuls ?
  • Quelle est la proportion des votes non utiles ?
  • Quelle valeur en termes de voix possèdent les sièges à l’Assemblée ?
  • Quelle morphologie des pouvoirs découlera du résultat de ces élections ?

La réponse à ces questions nous permettra de tirer des conclusions qui permettront d’améliorer le processus électoral en agissant principalement sur le cadre juridique. C’est la tâche qui revient dans les systèmes démocratiques à l’organe de gestion électorale, l’ISIE en Tunisie, qui s’attache après chaque échéance à évaluer et à proposer des révisions de nature législatives.

I. Les résultats des élections en termes de sièges

2. Les quatre strates du nombre de voix obtenues par les différentes listes

3. Absence du seuil dans la proportionnelle avec les plus grands restes développant le nombre des listes candidates 

4. La présence géographique des deux formations leaders

5. Représentation du genre ne répondant pas à l’orientation constitutionnelle

6. Taux de participation variable et en net recul par rapport à celui de 2011

7. Une proportion importante de votes blancs et nuls 

8. Une offre électorale conduisant au maintien de l’importance des votes non utiles

9. Des bonus causent une grande différence dans les valeurs des sièges à l’Assemblée

10. Pour conclure, quelle morphologie du paysage politique à la lumière des résultats des premières élections ?

 

Chawki Gaddès

 

 

 

 

 

Lire aussi
commentaires
Loading...