Bernard Henri Lévy indésirable en Tunisie

 

Bernard-Henri Lévy avec des soldats du CNT à Tripoli le 16 septembre (Eric Feferberg/Reuters)

La visite de l’intellectuel français, Bernard Henry Lévy, ce samedi 1 Novembre, à Tunis, a suscité de vifs émois auprès des tunisiens.

BHL, qui aurait été invité au lendemain des législatives par l'organisation Konrad-Adenauer pour assister à une conférence portant sur les résultats du scrutin législatif, quitterait, désormais demain, le territoire tunisiens après la vague de colère qu’il a provoqué.

A l’aéroport Tunis Carthage, alors qu’une foule de tunisiens s’est présentée avant l’atterrissage de l’avion, pour exprimer leur indignation et leur irritation contre la visite de BHL, connu pour son soutien aux sionistes. La police l’a fait sortir par une porte secondaire.

Les contestataires présents à l’aéroport estimaient que la visite de BHL constitue une menace réelle à la sécurité du pays et accusaient l’intellectuel français de mener des actions visant à déstabiliser le monde arabe au profit de l’entité sioniste. Les slogans phares de ce rassemblement étaient «Dégage», «BHL, terroriste», « Non aux intérêts sionistes en Tunisie».

 

Sur les réseaux sociaux, l’avocat Abdelaziz Essid a demandé, dans un post publié sur sa page officielle Facebook, l'ouverture immédiate d'une enquête pour dévoiler le parti politique ou de la personnalité ayant invité BHL en Tunisie et pour quel objectif.

Sans titre

Pour sa part, l’ancien conseiller du président de la République, Mohamed Chawki Abid a exhorté le procureur de la République de faire le nécessaire quant à la demande du collectif d'avocats pour identifier la ou les personnes impliquées dans cette visite.

La présidence de la République, le parti islamiste d’Ennahdha et Nidaa Tounes, dont les sympathisants n’ont pas cessé de s’accuser l’un l’autre, ont nié toute relation avec l’arrivée de Bernard Henry Lévi.

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, intervenant sur les ondes d’Express Fm, a indiqué qu’actuellement, il ne dispose pas de détails sur les raisons ni sur les personnes ou partis impliqués dans la visite de BHL avant d’affirmer, ensuite, qu’une enquête sera ouverte à propos de cette visite polémique.

M.H

 

Photo Credit : Eric Feferberg/Reuters.

Lire aussi
commentaires
Loading...