Législatives : Des observateurs sous pression

images

Le club Ali Kalsadi, à Béja, a été le lieu d’un sit-in entamé par des observateurs, ce lundi 22 Octobre 2014, en présence des observateurs de l’Union européenne et des médias, et ce en raison des pressions qu’ils ont subi pour annuler une conférence de presse afin de «dévoiler les infractions et les violations au sein de l’Instance régionale indépendante pour les élections (IRIE), ainsi que les tentatives pour orienter leurs travail et faire pression sur eux ».

«Leurs rapports parviennent à des partis politiques déterminés, de même qu’un nombre important de leurs remarques concernant l’argent politique ont été ignorée» rapporte l’agence TAP.

Pour sa part, Chokri Ftahlia, militant de la société civile a menacé de « divulguer les infractions la nuit des élections, surtout que certains membres de bureaux de vote ont des frères candidats aux élections législatives ».

Quant au chargé du contrôle de la campagne électorale et membre démissionnaire de l’IRIE, Ramzi Dridi les désaccords avec le président de l’IRIE ainsi que les pressions et les tentatives d’orienter leur travail constituaient les raisons principale de son retrait.

En réponse à ses «accusations», le président de l’IRIE de Béja, Lassaad Kéthiri a affirmé qu’il travaille conformément à des dispositions et dans un cadre administratif clair, et qu’il n’est pas prêt à aborder un certain nombre de questions tant qu’elles ne sont pas présentées d’une façon officielle rapporte l’agence TAP.

I.A

Lire aussi
commentaires
Loading...