L’interview du terroriste repenti ne fait pas l’unanimité

 

Selection_395-620x330

L’interview du terroriste arrêté par les forces de l’ordre lors des opérations de ratissage à Jendouba, diffusée par la chaîne de télévision nationale, dans la soirée de vendredi 4 juillet 2014, a suscité une polémique sur les réseaux sociaux.

Wael Boussaïdi, le terroriste repenti, a levé le voile sur les détails de recrutement et l'organisation des groupes terroristes dont les algériens sont les commanditaires selon ses dires.

Les réactions des internautes n’ont pas tardé à venir. Journalistes et hommes politiques se sont exprimés sur leurs pages officielles Facebook suite à cette interview.

Le présentateur de l’émission «uniquement à celui qui ose», Samir El Wafi, a considéré le passage du terroriste sur la chaine nationale comme une forme de blanchiment du terrorisme à travers une mise en scène ratée. L’animateur a qualifié les questions posées à Wael Boussaidi de ridicules, simplistes et sans aucune objectivité avant de critiquer le jeune homme en question, représenté en tant qu’un doux et romantique terroriste.

 

Haythem El Mekki, chroniqueur chez Mosaique fm et Telvza TV, a adopté à son tour, la même  position que son collègue El Wafi, tout en ayant un ton plus agressif, tout en s’exprimant sur un ton ironique et moqueur. Pour lui la télévision nationale serait selon lui "infiltrée" et que l'interview aurait dû être diffusée sur Zitouna TV. El Mekki a, ainsi, dénoncé l'interview qui parait comme une mascarade parfaite selon ses dires.

 

Pour sa part, le journaliste et ancien hroniqueur de Nessma TV, Sofien Ben Hmida a confirmé l’avis de ses deux confrères Samir El Wafi et Haythem El Mekki. L’actuel chroniqueur de la chaine privée Tounesna a mis en cause l’interview avant de présenter ses excuses auprès des tunisiens et algériens.  «Au nom des journalistes je m'excuse auprès des tunisiens. Au nom des tunisiens je m'excuse auprès de nos frères algériens» a-t-il écrit. 

 

Pour le propriétaire de la chaine privée Al-Hiwar Tounsi et membre du parti Nidaa Tounes, Tahar Ben Hassine, cet interview semble satisfaisant sur tous les points. « Les confessions de Wael aura un effet positif sur les jeunes trompés par les terroristes» a-t-il expliqué dans un post publié sur sa page officielle Facebook.

 

Le directeur de l'institut des études stratégiques et membre dirigeant du parti présidentiel CPR, Tarek Kahlaoui s’est, quant à lui, contenté de reprendre quelques déclarations du terroriste Wael Boussaïdi.

 

De son coté, Néjiba Hamrouni, l’ex-présidente du Syndicat national des journalistes tunisiens a sévèrement critiqué l'interview diffusée par la chaine nationale. Pour Nejiba Hamrouni il n’est pas question de normaliser avec le terrorisme, «Non à l’impartialité avec le terrorisme» a-t-elle indiqué.

Pour elle, l’interview est une mise en scène. Nejiba Hamrouni a fustigé le fait d'exposer le terroriste de la sorte, avec tout ce qui se passe dans le pays, elle a jugé d’indécent la facilité de laisser un soit disant ex-terroriste accéder aux médias tunisiens.

 

L’idée de cette interview émane-elle de la télévision tunisienne, de sa direction, ou bien du journaliste, auteur du «scoop» ? Le ministère de l’Intérieur est-il impliqué dans cette affaire ? Alors que les dépouilles des militaires font couler les larmes de leurs familles et proches, quel est le but de la diffusion de ce cirque ? … Nombreuses sont les questions posées par Néjiba Hamrouni.

H.B.H

Lire aussi
commentaires
Loading...