Enfin un programme de réformes en plusieurs volets

Le port de Radès, qui concentre une grande partie des échanges commerciaux du pays, est non seulement saturé depuis longtemps, mais constitue, désormais, un obstacle à la croissance de l’économie tunisienne et un handicap vis-à-vis de la compétitivité des entreprises.

 

Les défaillances et les difficultés constatées dans le fonctionnement du port sont multiples et préjudiciables aux intérêts des acteurs économiques. D’où la nécessité et l’urgence d’entreprendre des réformes structurelles destinées à trouver des solutions à ces problèmes cruciaux. Une commission nationale a mis au point un programme.

 

Diagnostic des défaillances du port

Parmi les multiples dysfonctionnements du port de Radès figure en bonne place l’exiguïté de la capacité d’accostage des bateaux, ce qui les contraint à attendre parfois plusieurs jours en rade avant de pouvoir débarquer et embarquer les marchandises.

Des coûts élevés pour les armateurs, de quoi les décourager de desservir Radès.

Long séjour des marchandises au port, lenteur des procédures, encombrement des espaces, complexité des formalités et surcoûts.

Difficulté de localisation des marchandises débarquées, containers vides abandonnés par leurs propriétaires. Le monopole d’acconage et de manutention détenu par la STAM est une source de polémique. Il a engendré une vétusté et une inadaptation des engins de manutention.

La non-réalisation du port en eau profonde d’Enfidha, programmé depuis dix ans en vain avec une profondeur d’eau de 15 m permettant l’accès des gros bateaux et le transbordement des marchandises, aurait permis de soulager Radès d’une partie de son trafic, ce qui n’est pas le cas.

 

Décentralisation du trafic containers

Il a été décidé de réduire l’activité containers et unités roulantes du port de Radès qui compte environ 1200 remorques tractées par jour, ce qui constitue un débit exceptionnel pour un port déjà encombré.

Il faut faire baisser la pression sur le port de Radès ce qui va faciliter la réalisation des réformes, car il s’agit d’entreprendre des travaux de réaménagement des espaces dans l’enceinte du port. Pour cela les ports de Bizerte, de Sousse et de Sfax vont être réaménagés pour favoriser le transfert des containers et des unités roulantes. Ce qui allègera par la même occasion le transport routier des camions porte-containers. Ainsi le port de Radès sera soulagé d’une partie de son trafic.

 

Aménagement d’une nouvelle zone de stockage et logistique   

Une nouvelle zone voisine de l’enceinte du port est en cours d’aménagement avec construction d’une bretelle d’accès routier et d’un raccordement futur par voie ferrée.

Il s’agit d’une superficie de 50 hectares qui sera dédiée aux activités de stockage et de logistique. C’est un investissement lourd de 200 MD qui sera consenti par étapes et qui entre dans le cadre d’un partenariat entre l’État et le secteur privé.

L’exploitation de cette zone permettra de désencombrer l’enceinte du port qui est actuellement en grande partie occupée par l’amoncellement des containers vides sur plusieurs niveaux, abandonnés ou non retirés par leurs propriétaires depuis des années.

 

Réorganisation des circuits à l’intérieur du port

Il règne dans le port de Radès une anarchie dans la circulation des véhicules de transport faute de l’existence et du respect d’un plan de circulation pour les usagers.

La commission nationale est chargée de la mise en place d’un système de circulation à l’intérieur du port et d’amélioration de la rentabilité des opérations d’acconage et de manutention. C’est ainsi que seront créées une zone de livraison bien distincte des marchandises et une autre dédiée au dépôt des conteneurs et des unités roulantes pour des raisons pratiques et de contrôle strict des opérations.

Il s’agit d’éviter l’anarchie actuelle et de tenir compte du mouvement des remorques et des engins de manutention.

 

Contrôle des sorties et sécurisation des accès

Il a été décidé de créer une cellule de veille au sein des ports et des stations de passages et de touristes ainsi que la révision du système de sécurité du port avec le concours de toutes les parties concernées, Douanes et police notamment. C’est ainsi qu’un système de contrôle sera instauré avec renforcement du système d’éclairage, l’organisation de tournées et de brigades de sécurité, l’acquisition d’ambulances et l’aménagement d’un espace pour les premiers secours ainsi que l’acquisition de badges pour le contrôle des accès au port.

 

Modernisation et renforcement des équipements de manutention

Il a été décidé en accord avec les autorités douanières d’acquérir des engins d’acconage pour le chargement et le déchargement des marchandises dans les trains, ce qui permettra de développer le transport des conteneurs par chemin de fer.

Le ministère du Transport a engagé des travaux pour l’aménagement d’un espace logistique voisin du port avec une superficie de 14 ha qui sera doté de tous les équipements nécessaires pour l’acconage et la manutention afin de relever le taux de rentabilité actuelle du port.

Rappelons que le port de Radès joue un rôle majeur dans l’économie du pays car c’est une plaque tournante de la chaîne logistique import-export, normalement en flux tendus, au service des investisseurs étrangers et des entreprises exportatrices dans plusieurs secteurs notamment l’agro-alimentaire, le textile-habillement, l’électronique, les composants autos et avions. Il est spécialisé dans le trafic des conteneurs (80% du trafic national) et des unités roulantes (100%). 

 

Ridha Lahmar

Lire aussi
commentaires
Loading...