Sous le signe de la rencontre des cultures

Le 26 juin 2013, l’École de Blata, de la délégation de Sbikha, à quelque 30 km au nord-est de Kairouan, a vécu une journée particulière. La cérémonie de remise des prix à 36 parmi les meilleur(e)s élèves de l’École était exceptionnelle : Outre les élèves et leurs parents, le personnel de l’école – le gardien, le directeur et les instituteurs -, « la fête du savoir » a réuni cette année le premier instituteur-directeur, Monsieur Farh Khalifa  qui a dirigé l'école en y enseignant de janvier 1958 à juin 1961, plusieurs anciens élèves dont certains ne s’étaient plus revus depuis les années 1960, avec la présence d’une délégation de six membres de l’Association Rhône-Alpes d’Amitié Arabo-Juive (RAJA-TIKVA, espérance en arabe et en hébreu): Francine Kahn, Denis Marx, Madeleine et Jean Cottin, Claudette Scemama et l’un des tous premiers élèves de l’école, Chérif Ferjani, l’un des fondateurs de Raja-Tikva à Lyon en 2002. En plus de la célébration des meilleurs élèves de l’école, la fête de cette année a été marquée par la remise du prix de l’Émir Abdelkader pour la Rencontre des Peuples, des Cultures et des Fois, décerné cette année par la Fondation Hospitalité d’Abraham à Chérif Ferjani. 

En recevant le prix des mains de Robert Badinter le 23 janvier 2013 à l’Opéra de Lyon, Chérif Ferjani a annoncé qu’il a décidé de partager ce prix entre l’école primaire de Blata où il a eu ses premiers prix et à l’association Raja-Tikva qui concrétise l’esprit du rapprochement des peuples, des cultures et des spiritualités, religieuses ou philosophiques, en précisant qu’il devait cette récompense à celle et ceux dont il a partagé les combats pour le respect de la dignité humaine et des droits qui lui sont inhérents, par delà les fidélités, les appartenances, les origines et les frontières. L’association Raja-Tikva a décidé de remettre la part qui lui revenait à l’école de Blata.

L'école de Blata a ouvert ses portes le 4 janvier 1958, au lendemain de l'indépendance, à l'initiative des habitants de Blata et de ses environs qui ont cotisé pour la construire. Elle a permis à des générations d’élèves, filles et garçons issu(e)s de milieux défavorisés de s’ouvrir au monde et d’acquérir les moyens de réussir leur vie dans différents domaines, sans pour autant oublier ce qu’ils doivent à cette école et à leur milieu d’origine. C’est ce qu’ont rappelé les anciens élèves qui ont pris la parole lors de cette cérémonie : Ali Lajnef et Belgacem Chihi ont insisté sur l’importance du savoir et sur le rôle de l’école comme « ascenseur social », comme vecteur de la modernité et comme un moyen privilégié de lutte contre l’ignorance et le sous développement. Aziza Balti a tenu à saluer le rôle de Bourguiba qui a placé l’école et la culture au cœur de son projet pour la Tunisie dès l’indépendance. Le premier instituteur-directeur de l’école, Monsieur Farh Khélifa, et l’actuel directeur, Monsieur Hamid Kalboussi, ont exprimé leur émotion de participer à cette fête qu’ils vivent comme un témoignage de reconnaissance de ce que la société doit à l’école, aux instituteurs et au savoir dont ils voient les fruits à travers la réussite des anciens élèves qui ont pris l’initiative de cette cérémonie. Le maire de Blata, Mahmoud Mahmoudi, a remercié les organisateurs de la fête et la délégation de Raja-Tikva en promettant d’aider à la réussite de toutes les initiatives destinées à aider l’école et ses élèves. Denis Marx et Chérif Ferjani ont rappelé les objectifs pour lesquels Raja-Tikva a été créée en 2002 : combattre la xénophobie de l’extrême droite et des milieux racistes en France et développer l’amitié entre les Arabes et les Juifs visés par la haine raciste. Ils ont insisté sur l’importance du combat pour le respect de la dignité de l’humain et de ses droits dans un esprit d’amitié et de solidarité entre les peuples par delà les différences entre les cultures et les spiritualités. Chérif Ferjani a rappelé les conditions qui ont entouré la création de l’école en 1957, d’une part et explicité l’esprit du Prix de l’Emir Abdelkader qui lui a été décerné ainsi que les objectifs de la Fondation Hospitalité d’Abraham qui l’a honoré. Il a appelé les anciens de l’école à participer à la création et au développement de « l’association des anciens élèves de l’école de Blata » pour poursuivre ce qui a été réalisé cette année grâce au prix de la Fondation Hospitalité d’Abraham, à la solidarité de Raja-Tikva et à l’engagement de plusieurs anciens élèves de l’école.

Tous les intervenants ont salué la présence de la délégation Raja-Tikva dont la communication, prononcée par Denis Marx, a été chaleureusement applaudie par l’assistance.

Des prix ont été distribués dans la liesse aux 36 lauréat(e)s. Un homme d’affaires originaire de Blata et ancien élève de l’école, Mohamed Ben Hassan Balti, a offert des cadeaux à la délégation de Raja-Tikva, au premier instituteur-directeur de l’école, à l’actuel directeur ainsi qu’à tous les autres élèves qui ont participé à la fête. Ce geste a permis à tous les élèves présents et à leurs familles de partager la joie des lauréat(e)s. Un ami de Blata, Fethi Ben Haj Yahia, a offert à chacun des élèves le dictionnaire conçu par son père, feu Amm Jilani Ben Haj Yahia ; ce don a été chaleureusement salué par les personnes qui connaissent Fethi et son père.

Radio Sabra FM a couvert la cérémonie grâce à la présence de son directeur, Amor Naggazi, et de l’une de ses collaboratrices. 

La cérémonie de ce mercredi 26 juin 2013 a été l'occasion de créer l'association des anciens élèves de l'école à laquelle le reste du prix sera remis afin qu’elle veille à la réalisation des autres objectifs auxquels il est destiné : l’aide aux plus démunis qui sera distribuée à la prochaine rentrée scolaire et l'aménagement d'un espace polyvalent pour accueillir les élèves qui ne peuvent pas rentrer chez eux quand ils n'ont pas cours (la réalisation de ce projet est prévue avant la fin de 2013). L'association des anciens de l'école (dont plusieurs enseignants à la retraite) assurera le suivi de ce programme et la reconduction de l'action chaque année (du moins en ce qui concerne les prix d'excellence et l'aide aux plus démunis). L’association Raja-Tikva continuera la collaboration avec l’association créée à cette occasion pour aider à la réalisation de jumelage et d'autres formes de coopération avec des écoles de la région de Lyon.

A la fin de la cérémonie, la famille Mechri, dont plusieurs membres sont d’anciens élèves de l’école (Mohamed Salah, Ali, Leïla, Habib et Sadok) a invité les participants à un géant et délicieux couscous qui a permis de poursuivre la discussion, l’évocation des souvenirs et la réflexion aux projets à venir.

 

Claudette Scemama (Raja-Tikva) et Sadok Mechri (Association des anciens élèves de Blata)

Lire aussi
commentaires
Loading...