Une banque au secours de l’économie

UBCIC’est la banque qui réalise depuis dix ans une progression régulière de ses revenus et dont les  clients sont de plus en plus nombreux et est dotée d’un réseau qui s’étale sur tout le territoire. L’UBCI évolue et vite. Malgré la crise actuelle caractérisée par une économie morose et un manque de liquidité, l’UBCI continue de financer l’économie, particuliers ou entreprises peuvent compter sur le financement de cette banque citoyenne. Au cours des dix dernières années, des financements importants de l’UBCI dans l’économie tunisienne ont touchés différents secteurs. La banque a participé à hauteur de 16 millions de dinars au financement de 2 RO-RO, navire utilisé pour transporter, entre autres, des véhicules pour le compte de la CTN (sur un total de 140 millions de dinars). L’UBCI était par ailleurs le chef de file d’une grande opération pour la STEG. En effet, celle-ci a choisi l’UBCI pour arranger sa dette en mettant d’accord plusieurs banques pour un seul financement. L’UBCI a également financé des projets avec ENNAKL ou KIA  en participant au pool bancaire ayant financé l’acquisition des parts de l’État dans les deux sociétés. Plus important, la banque vient de participer à la création d’un fonds spécialisé dans les micro-finances. Une fois obtenu son agrément, Taysir, au capital de 3 millions de dinars, viendra répondre à des besoins d’une partie de la population qui veut investir dans l’agriculture. La participation de l’UBCI est à hauteur de 12,5%. Rappelons que le capital de l’UBCI est détenu majoritairement par le Groupe BNP Paribas, première banque de la zone Euro, 6e banque la plus solide au monde selon les agences de notation internationale et a été élue «Banque de l’Année 2012» par IFR Awards. L’adossement au Groupe BNP Paribas permet à l’UBCI de bénéficier d’un savoir-faire reconnu dans les différents métiers de la banque, la gestion des risques, les produits et services innovants ainsi que l’appui d’un réseau international réparti sur plus de quatre-vingts pays à travers le monde.

 

L’UBCI en chiffres

Dotée d’un capital humain de plus de 1200 collaborateurs et animée d’une dynamique de croissance, l’UBCI dispose aujourd’hui d’un réseau commercial dense de 111 agences et 124 GAB, assurant un bon maillage du territoire. Les chiffres sont en progression avec un dédoublement du produit net bancaire (PNB) sur la décennie écoulée, 127 millions de dinars en 2012. Une croissance de plus de 5% du produit intérieur brut. Dans un environnement difficile, la banque a réussi à maintenir une rentabilité en croissance. Pour les risques, elle a réussi à les maitriser en dépit d’une dégradation de la situation. Ainsi, pour les créances, l’UBCI dispose d’un taux parmi les plus faibles de la place, soit 6% contre une moyenne nationale de 14,5%. Quant au taux de provisionnement, il se situe parmi les plus élevés du marché, 86,14% contre une moyenne sectorielle de 55%. La BCT espère monter la moyenne à 66%. En revanche, le résultat net a enregistré une baisse de près de 50%, et ce à cause des frais de personnel après négociation avec les syndicats, l’augmentation du coût du risque et les investissements réalisés dans l’informatique et le personnel ainsi que le lancement de nouvelles activités. Parmi ses activités, la banque privée, un dispositif qui n’a pas d’équivalent en Tunisie. Il s’agit d’un service approprié pour les clients «prestige» permettant à la banque de se positionner en leader sur ce segment. Il existe actuellement trois centres de «banque privée.»

 

Les perspectives de l’UBCI

Pour être à la hauteur de ses défis et de ses ambitions, l’UBCI veut être la banque de référence des particuliers et des entreprises. En termes de chiffres, atteindre une part de marché de 7% à moyen terme. Avec ce qu’elle possède comme fondamentaux, à savoir un ratio de solvabilité en avance sur le calendrier de la nouvelle réglementation, une banque socialement responsable dotée d’une charte d’éthique forte et qui a l’un des meilleurs profils de risque sur la place, l’UBCI avancera à pas sûrs. Elle relèvera d’autres défis de productivité, de qualité, de rentabilité et d’efficacité. Pour y arriver, elle s’appuiera sur le socle de ses valeurs et principes de management : engagement, ambition et exemplarité.

S.K.

 

Lire aussi
commentaires
Loading...