Interview exclusive de Mme Souheïla Chabchoub, P-DG de la COTUNACE

Afin de promouvoir les exportations, la préparation du 3e programme de développement des exportations est entrée dans une phase active. 

La COTUNACE assume un rôle essentiel, non seulement dans la sécurisation de nos exportations, mais aussi dans leur financement à travers une large gamme de nouveaux produits d’assurance. Pour en savoir plus, Mme Souheïla Chabchoub PDG de la COTUNACE, a bien voulu nous accorder l’entretien qui suit.

 

Pouvez-vous établir à l’intention de nos lecteurs, un bilan des activités de la compagnie ces deux dernières années ?

En 2012 la COTUNACE a réalisé un taux de croissance de son chiffre d’affaires de 11,2% par rapport à celui de 2011 alors que son principal client, le Groupe Chimique a connu de graves difficultés liées aux problèmes du bassin phosphatier. 

Il faut dire que le Groupe Chimique représentait avant le 14 janvier 2011 environ 40% du chiffre d’affaires de la COTUNACE

A partir de 2011, le groupe a connu une régression considérable de ses exportations.

Afin d’éviter les incidences de cette défaillance sur notre chiffre d’affaires, nous avons pratiqué une politique commerciale agressive focalisée sur le contact direct avec les exportateurs. Une campagne de communication a été menée, avec renforcement de l’image, rapprochement vis-à-vis des clients-cibles, sensibilisation des exportateurs aux différents produits proposés par la COTUNACE. Cette proximité vis-à-vis de notre clientèle potentielle a permis aux exportateurs de mieux assimiler les avantages rendus par nos produits et cela a permis d’attirer de nouveaux clients donc un portefeuille plus diversifié pour la COTUNACE.  

Plusieurs journées de sensibilisation ont été organisées dans les régions telles que Siliana pour le nord ouest, Djerba, Sfax, Sousse et Monastir pour le sud et le centre. La COTUNACE a participé à pratiquement la majorité des salons et foires sectoriels qui ont eu lieu en Tunisie en 2012: TexMed, Medfood, SIAT,… ainsi que de nombreux colloques portant sur les exportations. 

De grands efforts ont été déployés pour renforcer les relations avec les banques et avec leurs directions régionales.

Afin de répondre aux exigences bancaires et pour permettre aux exportateurs de bénéficier des concours financiers nécessaires, notre compagnie a signé des conventions avec pratiquement toutes les banques. Ainsi, “Cotunacer les crédits bancaires destinés à l’export” est une notion entrée dans le langage courant des exportateurs et des relations d’affaires, cela permet aux exportateurs des facilités de crédits pour financer leurs opérations d’exportation.

 

Au niveau des résultats chiffrés comment se présente la situation ?

Les résultats techniques de la COTUNACE relatifs à l’exercice 2010 étaient négatifs de 453.000 DT, c’est pourquoi le défi consistait pour nous, à renverser le résultat au cours de l’exercice 2011 qui a coïncidé avec les difficultés rencontrées par les entreprises suite aux évènements qui ont suivi la Révolution. Nous sommes parvenus à un résultat positif de 36.000 DT.

Il y a lieu de remarquer qu’en 2011 les déclarations d’impayés ont été multipliées par quatre par rapport à 2010 : c’est grâce à l’intervention de la COTUNACE que 70% des impayés ont été récupérés avant d’entamer les procédures contentieuses. La vigilance et le suivi de près ont permis une meilleure maîtrise de ces impayés .

En 2012 la progression des résultats de la COTUNACE ne s’est pas faite attendre puisque le résultat technique a été d’environ 220.000 DT soit une croissance d’environ 6 fois par rapport au résultat technique de 2011.

Pour la première fois, le résultat net de la COTUNACE a dépassé 1 million de dinars, soit 1,119MD. Certes, la conjoncture est difficile et la situation est délicate, mais grâce à une gestion vigilante la COTUNACE a pu soutenir davantage les exportations tunisiennes et dégager des résultats meilleurs.

 

Quelle est la stratégie de la COTUNACE en matière de développement des exportations ?

Le rôle de la COTUNACE consiste à soutenir les efforts des exportateurs tunisiens, car ils sont confrontés à des problèmes d’impayés réels et en évolution eu égard à la conjoncture internationale instable. Pour être efficace dans sa mission, la COTUNACE doit apporter des solutions en adéquation avec les besoins concrets des exportateurs, c’est pourquoi notre plan d’action s’articule autour de trois axes majeurs.

Le premier axe est un message adressé aux entreprises tunisiennes qui consiste à leur dire « Exporter en sécurité ». Il s’agit pour notre compagnie d’assurer l’exportateur contre tout risque de non paiement de la part des acheteurs étrangers. Ce risque peut être d’origine commerciale : faillite, cessation de paiement ou, politique, guerres, émeutes, turbulences, non transfert de devises….

Ainsi, ce risque est désormais externalisé et pris en charge par la COTUNACE. Cela évite des conséquences douloureuses sur la trésorerie de l’exportateur et sur son équilibre financier et lui permet de poursuivre son activité normalement. 

Il est certain que les ventes ne se font pas toujours au comptant et les crédits de paiement deviennent un élément de compétitivité que nos sociétés exportatrices confrontent. Or, les  exportateurs ne peuvent pas apprécier la solvabilité de leurs clients et l’assurance offerte par la COTUNACE qui les libère de ces soucis, leur permet de saisir ces opportunités d’exportation. Ainsi, notre compagnie optimise les potentialités favorables d’exportation pour les sociétés exportatrices et par conséquent pour l’économie nationale.

Par ailleurs, le soutien de la COTUNACE aux sociétés exportatrices se situe en amont et en aval de l’opération d’exportation. En amont, c’est un rôle de prévention et de conseil que nous procurons à nos assurés leur permettant de connaître la solvabilité, la moralité et la solidité financière de l’acheteur étranger. En effet, notre adhésion à un réseau international de renseignements commerciaux nous permet de mieux orienter nos exportateurs vers les acheteurs les plus solvables. Il s’agit de la prévention qui permet d’éviter les sinistres et de sauvegarder nos actifs nationaux.

En aval, si malheureusement un impayé survient, la COTUNACE intervient pour indemniser l’exportateur et entame les procédures de récupération auprès de l’acheteur défaillant.

Pour la COTUNACE, il s’agit de récupérer un actif national qui risque d’être perdu par les sociétés non assurées car les procédures de recouvrement ont un coût élevé et exigent des délais longs. Or la COTUNACE, de par son adhésion à un réseau international de recouvrement de créances, est représentée partout dans le monde ce qui permet d’optimiser les chances de récupération et à moindre coûts.  

 

En quoi consiste le deuxième axe majeur ?

La COTUNACE assure le financement bancaire des entreprises exportatrices.

La COTUNACE s’est lancée, avec le concours de l’Etat, dans l’assurance des crédits bancaires de préfinancement export qui permettent aux exportateurs de financer la phase de production. Essentiellement destinée aux PME exportatrices qui sont généralement incapables de fournir les garanties réelles exigées par les banques pour bénéficier de ce type de crédit. 

Ainsi, pour ne pas rater des opportunités d’exportation, l’assurance COTUNACE présente une garantie financière pour les banques et les encourage à octroyer ces crédits de préfinancement export. Dans ce cadre, la COTUNACE a signé des conventions « Dhaman Finance » avec pratiquement toutes les banques de la place pour « cotunacer » les crédits préfinancement export. 

D’autre part, les exportations cotunacées bénéficient d’une possibilité de mobilisation de créances nées sur l’étranger afin de soutenir la trésorerie de l’entreprise exportatrice. 

Ainsi, la garantie COTUNACE intervient avant et après la réalisation de l’expédition pour faciliter à l’exportateur l’accès au financement bancaire. 

 

Qu’en est-il du 3e axe majeur de votre stratégie ?

Le 3ème axe de notre stratégie de soutien au développement des exportations est de suivre l’exportateur là où il a l’intention d’investir s’il a choisi d’exporter autrement en s’implantant à l’étranger pour se rapprocher de ses marchés cibles et maîtriser davantage ses coûts et à être plus compétitif en termes de délais de livraison. Dans ce cadre, la COTUNACE offre une assurance pour les capitaux investis (autofinancement ou crédits bancaires) et les dividendes qui en découlent contre les risques politiques. 

Ainsi, la COTUNACE garantit l’exportateur qui s’implante à l’étranger et encourage les banquiers à lui consentir des crédits pour financer son investissement. 

Egalement, la COTUNACE offre en coopération avec ses partenaires stratégiques notamment la CIAGI et la SIACE une assurance contre le risque politique, pour les investisseurs étrangers qui veulent s’implanter en Tunisie .

 

Quels sont les nouveaux produits offerts par la COTUNACE pour développer les activités des exportateurs et élargir leurs horizons ?

La COTUNACE est constamment à l’écoute des besoins évolutifs de ses clients et a développé dans ce cadre de nouveaux produits et a adapté ses anciens contrats pour offrir une gamme adaptée à chaque exportateur. Notre objectif est d’offrir aux exportateurs tunisiens les mêmes produits d’assurance crédit export offerts par nos homologues étrangers renforçant ainsi la compétitivité de nos exportateurs par rapport à leurs concurrents. 

A titre d’exemple, notre compagnie couvre actuellement les exportations sur 6 mois, cette couverture est désormais élargie à une couverture de 12 mois voire plus. Pour les opérations importantes, telles que la réalisation de grands projets, la couverture est à moyen terme et peut aller jusqu’à sept ans.

En plus de l’élargissement des produits actuels, notre compagnie a mis en place une large gamme de nouveaux contrats destinés aux banques pour faciliter le financement des exportations. Parmi ces nouveaux produits, la COTUNACE offre   l’assurance confirmation des lettres de crédit émises par la banque de l’acheteur étranger et confirmées par la banque tunisienne. Cette nouvelle garantie peut s’avérer très utile si la banque tunisienne (confirmatrice)  ne connaît pas suffisamment la banque émettrice (de l’acheteur étranger) ou qu’elle a des plafonds sur cette banque ou son pays ; et l’assurance offerte par la COTUNACE permet à la banque de s’engager dans la confirmation de cette L/C et préserve  une opportunité d’affaires  pour l’exportateur tunisien.

De même, et dans la panoplie des nouveaux produits d’assurance destinés aux banques, l’assurance crédit-acheteur, est un produit qui peut développer davantage nos exportations : la banque tunisienne accorde un crédit à l’acheteur étranger servant à payer nos exportations sur l’acheteur en question dans le cadre d’un contrat de crédit acheteur entre l’acheteur étranger et la banque tunisienne c’est une autre façon de faciliter le financement des exportations nationales. 

L’assurance des cautions bancaires est également un nouveau produit que la COTUNACE met à la disposition des sociétés exportatrices facilitant leur obtention des cautions nécessaires à la réalisation de leurs exportations (biens ou services).

 

Etes-vous partante pour relever le nouveau défi de l’exportation sur l’Afrique ?

La COTUNACE s’intègre dans cet objectif national et elle s’engage de plus en plus dans la couverture de nos exportations vers cette  destination qui est en fait la deuxième après l’Europe représentant environ 44% des exportations assurées par la COTUNACE. 

Je rappelle ici que la COTUNACE a participé à la mission des hommes d’affaires lors de l’inauguration de la nouvelle ligne aérienne régulière de TUNISAIR Tunis-Ouagadougou au Burkina Faso et celle du 5 au 7 juin vers Dakar au Sénégal.

Notre compagnie a effectivement l’intention de poursuivre l’assurance des exportations sur l’Afrique malgré les spécificités et les difficultés de ce continent notamment en matière d’insuffisance de l’information financière  ce qui entrave l’appréciation de la solvabilité des entreprises africaines.

Afin de faire face à ces obstacles, notre compagnie a l’intention d’élargir ses sources d’information par l’utilisation des services du Cepex et le recours aux représentations économiques de nos Ambassades et les filiales des banques installées en Afrique.

Pour conclure, je confirme que la COTUNACE a la ferme ambition d’être au diapason des attentes des sociétés exportatrices pour soutenir davantage leur développement à l’international et répondre à tous leurs besoins en ce qui concerne l’assurance de leurs exportations dans un climat international de plus en plus difficile. 

Entretien conduit par Ridha Lahmar

Lire aussi
commentaires
Loading...