Une coopération solidaire

La Chambre régionale des femmes chefs d’entreprises de Tunis, présidée par Docteur Sonia Ben M’Rad, et relevant de l’UTICA, a organisé, en coopération avec la Chambre nationale de l’import-export de l’UTICA, NEWWW — Network of Entrepreneurial Women World Wide — et avec la Chambre de commerce d’Istanbul, les Journées de coopération tuniso-turques. Ces journées étaient organisées les 23, 24 et 25 mai 2013.

Une quarantaine d’hommes et de femmes chefs d’entreprises tunisiens ont participé à cet évènement.  Les entreprises tunisiennes présentes provenaient de plus d’une quinzaine de secteurs : bâtiment, tourisme, chimie, agroalimentaire, textile, commerce international, éducation, artisanat, construction, ameublement, environnement, industrie pharmaceutique, expertise comptable, matériel médical, huile d’olive et textile. Côté turc, une centaine de chefs d’entreprises de tous les secteurs ont manifesté leur intérêt pour les entreprises tunisiennes venues à leur rencontre. Il est à noter une présence particulièrement importante des entreprises turques de bâtiment, de construction, d’ameublement, de commerce international et de textile.  

Étaient notamment présents à ces journées MM. Abdelmonaâm Fitouri, président de l’UTICA de Tunis, Khaled Azouz, président de la Chambre nationale de l’import-export de l’UTICA, Mme Leyla Khayat, présidente d’honneur avec mandat de la FCEM (Femmes chefs d’entreprises mondiales) et Première vice-présidente de la CABW, Conseil arabe des femmes chefs d’entreprises. Côté turc étaient notamment présents Mme Emel EFE, présidente de NEWWW (Mondial network of entrepreneurial women world wide) et présidente de NEWWW Turquie. Également monsieur le Secrétaire général de la Chambre de commerce d’Istanbul et des membres du board de la Chambre de commerce d’Istanbul.

 

Motivations et propositions

La forte motivation des chefs d’entreprises tunisiens a été soulignée par les chefs d’entreprises turcs présents et par la Chambre de commerce d’Istanbul.

Mr Abdelmonaâm Fitouri, président de l’UTICA de Tunis, a présenté dans son discours les grandes lignes de l’attractivité de la Tunisie en tant que destination d’investissement pour les Turcs. Il a valorisé la motivation de la Tunisie et des chefs d’entreprises tunisiens à collaborer avec les Turcs dans multiples secteurs.

Le Docteur Sonia Ben M’Rad,  a insisté dans son discours sur les relations historiques entre la Tunisie et la Turquie appellant à intensifier les échanges économiques entre les deux pays, jugés encore trop faibles. Dr Ben M’Rad a appelé officiellement, au nom de la Chambre régionale des femmes chefs d’entreprises de Tunis, à la création de la Chambre tuniso-turque du commerce et de l’industrie. La Chambre régionale de Tunis a placé ces journées tuniso-turques de coopération sous le signe de l’innovation et la présidente de la Chambre propose de trouver des relations d’affaires nouvelles entre les chefs d’entreprises turcs et tunisiens, comme par exemple bâtir des relations d’affaires complémentaires pour réussir sur le marché africain.

Mr Mohamed Mehdi, résident du Cabinet international MAZARS en Tunisie, a présenté en détails les incitations à l’investissement en Tunisie et les avantages qu’offre dans différents secteurs le site Tunisie aux investisseurs étrangers. Son homologue turc, Mr Uluç Levent Doruk, président du Cabinet international MAZARS Turquie, a de son côté présenté les avantages et l’attractivité de la Turquie en termes d’investissements et d’échanges économiques.

Au vu des faibles chiffres des échanges entre les Turcs et les Tunisiens, et de la faible part des échanges avec la Turquie, comparativement avec nos échanges avec d’autres pays d’Europe, il est évident qu’un énorme travail reste à faire. En tenant compte de tous les facteurs qui nous rapprochent : histoire séculaire commune, culture commune, même religion, proximité géographique et complémentarité possible de nos économies, un potentiel d’échanges très important est à concrétiser entre nos deux pays.  Mr Khaled Mzid, dynamique président du conseil d’affaires tuniso-turc de l’UTICA,, a même déclaré lors des récentes journées tuniso-turques organisées à Tunis par l’UTICA le 6 Juin, à l’occasion de visite du Premier ministre turc Mr Tayeb Erdogan «même au niveau du textile, les Tunisiens peuvent aisément être complémentaires avec les Turcs.»

À l’instar de la France, de l’Italie ou des États-Unis, la Turquie devrait, pour son intérêt et celui de la Tunisie, se doter d’une Chambre tuniso-turque du Commerce et de l’Industrie. Avoir une structure importante, dotée d’un important budget de fonctionnement et d’un cadre logistique conséquent, serait un levier très important pour le développement de nos relations bilatérales. Développer les échanges entre la Turquie et la Tunisie requiert un travail de fond de collecte des données économiques actualisées sur les deux pays, de création de bases de données des chefs d’entreprises, de création d’évènements économiques bilatéraux très fréquents, de mise à disposition de personnel permettant la réalisation de toutes ces tâches, ainsi que la communication à grande échelle de tout cela et permettant une réactivité et une mise à disposition des données ciblées pour les Turcs et les Tunisiens souhaitant travailler ensemble sur leurs territoires respectifs ou ailleurs. Il existe une forte volonté de part et d’autre pour le développement des relations économiques uniso-turques. En effet, un nombre de plus en plus important de délégations d’entreprises turques visitent la Tunisie et les officiels turcs multiplient également les visites. Il y a quelques jours, les journées tuniso-turques de l’UTICA ont connu un grand succès, 200 chefs d’entreprises turcs des plus importants du pays étaient présents  pour  une journée de Business to Business clôturée par Mr Tayeb Erdogan le Premier ministre turc et Mme Wided Bouchamaoui, présidente de l’UTICA.

La proposition faite à Istanbul par la Chambre régionale des femmes chefs d’entreprises de Tunis a reçu un écho très favorable auprès des chefs d’entreprises turcs présents aux journées des 23, 24 et 25 Mai, ainsi qu’auprès de Mme Emel EFE, présidente de NEWWW. La Chambre régionale de Tunis va continuer, avec NEWWW, avec les ambassades respectives et avec toutes les parties tunisiennes et urques compétentes, à œuvrer à la réalisation de ce projet bilatéral de chambre de mixte de commerce et d’industrie.

 

Network of women world wide (NEWWW)

NEWWW, Network of women world wide, est un think tank et un réseau  mondial de femmes entrepreneurs de différents bords. Ce réseau englobe des femmes chefs d’entreprises, des avocates, des médecins, des chercheuses, des femmes du monde des arts et des lettres et autres femmes entrepreneurs dont le point commun est la capacité à entreprendre et à chercher à être leader dans leur domaine. Le but du réseau NEWWW est de traverser les frontières et de permettre aux femmes entrepreneurs d’avoir un lien direct et efficace avec d’autres femmes entrepreneurs du monde entier, dans le but de faire avancer leurs activités et leurs projets internationaux. NEWWW choisit ses membres en fonction de la richesse de leurs cursus, de leurs compétences, mais surtout en fonction de leur éthique et de leur respect des valeurs sociales et citoyennes.  

La réussite de ces journées tuniso-turques à Istanbul résume parfaitement les objectifs de NEWWW, car elles ont été bâties sur la volonté d’élaborer un évènement international, entre une partie tunisienne, le Docteur Sonia Ben M’Rad et une partie turque, Mme Emel EFE, présidente de NEWWW Mondial et de NEWWW Turquie, mais aussi avocate et membre du board de la Chambre de commerce d’Istanbul.

Habiba Ben Turkia

 

 

Mohamed Benjelloun, médiateur pour la paix et la tolérance entre l’Occident et l’Orient 

Un homme, une démarche

 

L’homme d’affaires suisse-marocain Mohamed Benjelloun, établi à Genève, était récemment en visite en Tunisie pour une action caritative au profit d’enfants handicapés. Ce n’était pas sa première visite, M. Benjelloun est un ami de longue date de la Tunisie. Il a toujours apporté son aide et son assistance aux jeunes handicapés et aux plus démunis en général. Intérrogé, il a déclaré vouloir profiter de cette occasion pour remercier Monsieur Hakim El Haj ami de longue date et la Famille Siala pour leur soutien et les efforts qu’ils engagent à ses côtés.

Ce militant pour la paix est actif dans toutes les démarches qui impliquent le rapprochement entre les religions et c’est dans cette perspective qu’il a créé et préside la Fondation Mohamed Benjelloun, sise à Genève. Celle-ci s’inscrit dans le dialogue entre les civilisations et participe à l’amélioration des relations et de la compréhension entre l’Orient et l’Occident. La fondation est active au Moyen-Orient, en Europe et en Afrique, comme par exemple au Darfour. Elle soutient et organise des manifestations sportives dont la plus importante, «le match pour la paix», qui a eu lieu en 2004 à Genève et qui a obtenu le soutien de Joseph Blatter (président de la Fifa) et d’Adolf Ogi (ancien président de la Confédération Suisse et conseiller auprès de l’ancien Secrétaire général de l’Onu). Le sport est un moyen unificateur et rassembleur et l’impact qu’il assure est important pour faire passer des messages de paix et de tolérance.

Grâce à une manifestation baptisée «l’année internationale au service de la paix et du développement», M. Benjelloun a réussi à faire revenir la Libye au devant de la scène internationale après des années de sanctions. Pour lui rendre hommage, la Libye post-révolutionnaire a tenu à ce que cet homme  soit un témoin direct de la création d’un état démocratique libyen. Avant la Libye, la Tunisie lui a aussi rendu hommage pour l’ensemble de ses activités caritatives.

M. Benjelloun est aussi un homme d’affaires averti, et il conjugue son expérience et son réseau relationnel au profit de son action humanitaire. Sans oublier sa double culture, qui a beaucoup enrichi sa compréhension des différences et la reconnaissance qu’il témoigne à la Suisse pour l’avoir accueilli et adopté.

Ses racines sont dans le Maghreb et, par conséquent, ses projets à long terme sont aussi d’être un ambassadeur des valeurs nobles du monde arabe.

M.K

Lire aussi
commentaires
Loading...