“Un partenariat renouvelé”

Entretien conduit par Ridha Lahmar

Total-Tunisie vient de lancer une campagne de communication qui s’adresse à une vaste gamme de sa clientèle ayant pour thème la confiance. Au moment où il y a une perte de repères, il est bon de trouver des valeurs stables comme la fidélité à la Tunisie et la confiance placée par la clientèle en une grande compagnie.

Pour en savoir plus, nous avons donné la parole à Mme Line Bobillo.

 

De quelle façon Total-Tunisie a-t-elle vécu l’année 2012 et comment évolue le marché de la distribution des carburants et lubrifiants ?

La distribution des carburants a vécu une année très perturbée par les mouvements sociaux, avec des difficultés de livraison de nos stations et d’approvisionnement notamment depuis nos dépôts du sud. Il y a eu une multitude de grèves et de sit-in avec blocages des routes.

C’est ainsi que nous avons été dans l’obligation de livrer nos clients dans le sud à partir des dépôts de La Goulette, ce qui a engendré des surcoûts, et surtout l’augmentation des risques routiers.

Parmi nos clients, les entreprises industrielles ont connu plusieurs types de difficultés liées à l’environnement économique. Les entreprises de BTP notamment ont vécu une année très difficile, surtout que les grands projets de travaux publics ont été freinés par l’insécurité et les perturbations sociales. Cela a engendré des difficultés de paiement pour cette catégorie importante de clients.

Il y a eu également des difficultés au niveau de la douane, avec des délais de dédouanement très longs, même lorsqu’il s’agit de produits non stratégiques.

Par exemple nous avons mis deux mois et demi pour dédouaner des articles ludo-éducatifs destinés aux écoliers, dans le cadre de nos activités liées à la prévention routière.

Par ailleurs nous faisons face à une situation perturbante, car certaines décisions, notamment judiciaires, ne sont plus prises sur la base du droit, mais plus sur des considérations sociales qui sont parfois en contradiction avec les dispositions contractuelles qui avaient été approuvées par les parties.

 

Pourquoi une campagne de communication ?

Parce que la communication fait partie intégrante de notre stratégie de marketing. C’est un facteur déterminant de la visibilité et de la croissance de l’entreprise, mais aussi parce qu’il s’agit de renouveler et de confirmer les relations de confiance qui nous lient et qui existaient déjà entre notre clientèle et Total-Tunisie.

La diversité de cette clientèle est un facteur de stabilité et d’optimisme pour le présent et l’avenir : compagnies industrielles, professionnels de la route, entreprises de BTP, particuliers…

C’est aussi une responsabilité pour nous, celle d’améliorer la qualité de nos produits et de nos prestations de service vis-à-vis de cette clientèle pour continuer à mériter sa confiance.

C’est pourquoi, afin de rénover notre image, nous avons adopté une nouvelle identité visuelle, une mise au point d’un nouveau site internet et plusieurs autres services tels que GPActys, notre carte de fidélité électronique. Nous étions plutôt discrets, nous communiquerons mieux à l’avenir.

Il faut dire qu’il s’agit d’une campagne de communication déployée par Total à l’occasion de la CAN 2013 dans 27 pays africains.

 

Quel est l’impact du commerce parallèle des carburants sur l’activité du secteur en général ?

Faute de statistiques fiables, l’évaluation du commerce parallèle des carburants va de 10 à 20%.

La progression du commerce parallèle des carburants est favorisée par le taux élevé de l’inflation qui a un impact sur le pouvoir d’achat du Tunisien.

Les deux augmentations des prix des carburants à la pompe ont élargi le différentiel entre le prix officiel et celui du commerce illégal, ce qui provoque un engouement pour le carburant frelaté, surtout lorsqu’il s’agit d’une clientèle vivant dans la précarité sociale.

Cette concurrence illégale a engendré un grave problème au niveau de la distribution : plusieurs stations ont fermé et le personnel a été privé d’emploi, la plupart des gérants de stations-service sont dans une situation financière difficile.

Total-Tunisie a consenti de gros efforts pour soutenir et accompagner l’activité de ses clients qui rencontraient des difficultés. Nous faisons preuve de solidarité agissante vis-à-vis de l’économie tunisienne.

 

Depuis quand dure votre partenariat avec la Tunisie?

Total est en partenariat avec tout le continent africain depuis plusieurs décennies. D’ailleurs nous sommes la dernière grande société pétrolière présente sur tout le continent africain dans la distribution.

Pour ce qui est de la Tunisie, Total est implantée depuis 1948. Nous avons consenti des investissements, réalisé des projets importants, construit des dizaines de stations-service, créé des milliers d’emplois directs et indirects et fait travailler des dizaines de sous-traitants.

Nous sommes un acteur important de la vie économique, avec une adaptation aux conditions de travail en Tunisie et un soutien vis-à-vis de nos partenaires. Nous apportons une réponse aux attentes de nos clients.

 

Quelles sont les perspectives d’avenir de Total-Tunisie ? Avez-vous des projets d’investissement ?

Pour les trois années à venir, nous devons rajeunir l’image de nos 150 stations : changer de look, de couleurs. Nous devons également investir dans la construction et l’ouverture de nouvelles stations. Il s’agit de plusieurs dizaines de millions de dinars à investir.

Ces projets ont été décidés au lendemain de la Révolution. Or les entreprises qui investissent dans la conjoncture actuelle sont rares. De notre côté, nous avons confiance dans l’avenir du pays. Nous avons également des investissements à réaliser dans la maintenance et l’amélioration permanente de la sécurité des installations industrielles et la protection de l’environnement : système de lutte contre l’incendie, système de secours et mise à bord des avions.

Quelles sont les actions sur lesquelles repose votre réputation d’entreprise citoyenne ?

Total-Tunisie apporte des contributions dans plusieurs domaines. C’est ainsi que nous participons au projet de la BAD : Souk Ettanmia qui consiste à aider des jeunes à créer leur propre entreprise dans les zones défavorisées du pays avec une étude et une sélection des projets. Il y a lieu de remarquer que 54% des candidats sont âgés de 18 à 24 ans. Au delà de l’apport financier, les lauréats sont suivis durant un an par un sponsor. Pour Total-Tunisie, deux de nos cadres supérieurs assurent l’accompagnement de deux projets. 

Par ailleurs, nous poursuivons notre partenariat avec les SOS villages d’enfants. Nous avons des actions dans le domaine de la sécurité routière pour initier les élèves dans les écoles.

Avec les transporteurs, ce sont des actions de sensibilisation permanente à la sécurité au profit des conducteurs, ce qui nous a permis d’éviter tout accident grave depuis deux ans.

Nous organisons avec le comité national de la sécurité routière un cycle de formation pour sensibiliser les prestataires de services.

En ce qui concerne la protection de l’environnement, notre action porte sur les dépôts de carburants où nous procédons à la réduction des émissions.

Pour les stations-service, c’est le recyclage des matériaux, opérations de rationalisation de la consommation d’électricité avec l’installation de l’énergie solaire. 

 

Quelle identité pour Total-Tunisie

- 400 collaborateurs.

- 1300 emplois indirects.

- 20% du marché.

- 150 stations-service dont quatre stations autoroutières.

- 7 sites industriels. 

 

Lire aussi
commentaires
Loading...