Un journaliste de la télévision, se plaint d’injustice

La télévision nationale fait encore parler d’elle et de ses problèmes de gestion interne. Abdellatif Garrouri, journaliste sur la chaîne Al Wataniya 2, s’est plaint d’une injustice de la part de la direction de l’institution. Il compte même lui intenter un procès. 

Le vendredi 7 juin, Garrouri a organisé une conférence de presse, au siège du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) en présence de ses collègues qui sont venus le soutenir, et ce, pour dénoncer le comportement de sa hiérarchie. 

En effet, le journaliste s’est vu annulé, à la dernière minute, une mission à l’étranger de 10 jours pour filmer sept sujets de reportages afin d’agrémenter son émission Enquête et reportage. Une émission d’investigation, à caractère social, diffusée chaque vendredi à 22 h sur Al Wataniya 2. Mieux, la direction de la chaîne lui demande aujourd’hui de rembourser les frais de sa mission, notamment les billets d’avion, alors que la décision de l’annulation ne venait pas de lui. Garrouri, un journaliste chevronné qui a seize ans d’expérience, dit avoir subi une série d’actions de sabotage pour l’empêcher de faire son travail. «Ma mission a été annulée trois fois, sans justification, dont une la veille de mon départ, soit le 23 mai 2013, à 16 h, alors que j’avais l’avion à 9 h du matin. J’ai dû me débrouiller pour débloquer la situation. Et alors que j’ai pu finalement avoir mon ordre de mission et reporter le voyage de quelques heures, j’ai été surpris d’apprendre que la P-DG avait annulé pour la troisième fois cette mission, le jour même de mon départ», déclare-t-il. Le motif, selon lui, de fausses déclarations qu’on lui a attribuées et qui porteraient atteinte à la personne de la P-DG.

Le journaliste dit avoir essayé de clarifier sa position, mais l’occasion ne lui est pas donnée. Aujourd’hui, il se trouve en suspension provisoire d’activité, en attendant de rembourser les frais de la mission, non accomplie, qui atteignent 1660 dinars. 

De son côté, la direction de la chaîne a précisé dans un communiqué que le journaliste n’a pas respecté les procédures administratives en vigueur et qu’il s’est permis de mal gérer l’argent public qui lui avait été octroyé pour cette mission, ce qui justifie la décision de suspendre son activité. 

Garrouri compte actuellement se plaindre en justice, qui devrait trancher dans cette affaire.

 

H.Z.

 

Deux nouveaux débats de The New Arab Debate à Tunis

The New Arab Debate, une émission de débats politiques lancée depuis 2011 en Tunisie et en Égypte par le journaliste britannique chevronné, Tim Sébastien, va reprendre le 12 et le 13 juin à Tunis, au Grand Hôtel, où deux débats seront organisés, l’un en anglais et l’autre en arabe. Jusque-là, sept émissions on été enregistrées en Tunisie, invitant des figures politiques de la Troïka et de l’opposition pour débattre des questions brûlantes d’actualité. Si les débats étaient exclusivement en langue anglaise, durant cette saison qui a débuté en mars 2013, l’on a ajouté une version de l’émission en langue arabe animée par la journaliste égyptienne May Charbini.

Le prochain sujet de l’émission, dans ses deux versions, s’intitule «L’économie est-elle en train de faire couler la Révolution tunisienne ?»

Le principe du débat est d’avoir un participant soutenant la thèse avancée et un autre qui la conteste.

Participeront à la version anglaise : Kabil Daoud, membre du bureau politique d’Al Joumhouri et Tarak Kahlaoui, membre du bureau exécutif du CPR et à la version arabe, Samir Bettaieb, porte-parole d’Al Massar et Zied Laâdhari, député Ennahdha à l’ANC.

Les deux débats seront ensuite diffusés sur la chaîne allemande DW-TV, ainsi que sur Hannibal TV et ONTV pour la version arabe.

H.Z.  

 

Lire aussi
commentaires
Loading...