Renforcer la culture de consommation

L’évolution socio-économique et culturelle, les progrès technologiques de notre société tunisienne et la libéralisation mondiale ont engendré un nouveau mode de vie. Ce nouveau mode de vie a touché notamment notre alimentation et notre consommation. Cela a donné lieu à un accroissement rapide de nouvelles pathologies non transmissibles à savoir l’obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires et l’hypertension artérielle.

 

Selon le président de l’association “20 Millions de consommateurs”, M. Zouhair Ben Jemaa, le colloque que son association a organisé sur le thème «La culture du consommateur» vise à instaurer le dialogue entre les différentes parties prenantes sur les moyens de renforcer la protection du consommateur et à faire des suggestions pratiques favorisant l’enracinement d’une culture de consommation rationnelle et responsable. Le consommateur tunisien s’est laissé aller jusqu’à ce qu’il devienne aujourd’hui incapable de revenir en arrière et mener une vie saine. Selon les dernières statistiques une femme sur quatre souffre d’obésité. Le taux global de l’obésité en Tunisie, notamment chez les enfants, a triplé au cours des deux dernières décennies. Les personnes souffrantes de diabète, d’hypertension et de maladies cardiovasculaires sont de plus en plus nombreuses. Cela est dû, entre autres, à la consommation hors ménage qui ne cesse d’augmenter et à la sédentarité. 77,6% des Tunisiens achètent des produits du marché parallèle et 69,8% avouent continuer à se procurer, en toute conscience, des objets contrefaits sans se soucier des risques pour la santé. Après la révolution, le commerce parallèle est le seul secteur qui n’a pas connu de crise, bien à de contraire, ce commerce évolue et s’élargit sur nombreux secteurs : produits alimentaires, produits pharmaceutiques, produits cosmétiques, produits vestimentaires…. L’association 20 Millions de consommateurs dont la mission est notamment d’instaurer une culture de consommation  sur laquelle tout un système sera créé pour la régulariser. L’association se fixe deux missions principales : d’abord faire du consommateur tunisien un consommateur citoyen. Le quel citoyen est conscient des enjeux de la consommation : maladies, contrefaçon, corruption et économie malsaine. Une fois devenu un consommateur citoyen, le Tunisien pourra ainsi exiger des produits sains, contrôlés aux frontières et non contrefaits. C’est dans ce cadre que l’association 20 millions de consommateurs a organisé son colloque. En présence de médecins, d’industriels pharmaceutiques, d’acteurs de la société civile, de politiciens  et d’experts internationaux, le débat a porté sur les “liaisons dangereuses” entre le consommateur et la santé et les stratégies à adopter pour une consommation sécurisée. Deux semaines avant le Ramadan, “20 Millions de consommateurs” s’est penché sur les problèmes qui sont liés à ce mois de jeûne et en rapport avec la consommation. La publicité alimentaire au mois de Ramadan est la bête noire des médecins qui la qualifie de simulateur de Pavlov. Durant un minimum de 35 minutes sur chaque plage publicitaire, le consommateur est bombardé. Imprégné par les images et le son, il est totalement conditionné pour acheter le produit. Un produit dont il ne sait absolument rien de sa composition nutritionnelle.

 

La consommation et le commerce parallèle

Bien que le commerce parallèle des produits de consommation contribue fortement à l’apparition des maladies, le consommateur continue de s’approvisionner au marché parallèle qui demeure très compétitif par rapport au marché légal. Selon la WAITO, deux milliards de consommateurs à travers le monde ont été victimes en 2010 d’intoxications ou de blessures en raison de l’utilisation de produits de contrefaçon. D’un autre côté les bénéfices réalisés par le secteur parallèle s’élèvent à 250 milliards d’euros. En Tunisie, le commerce parallèle contribue à hauteur de 15 à 20% au PIB et emploie 31% de la main d’œuvre, ce qui rend difficile la mission du gouvernement ainsi que des associations à combattre ce secteur totalement indépendant. C’est un travail de longue haleine. Et c’est là que le rôle de l’association 20 Millions de consommateurs devient primordial dans la sensibilisation de ses publics pour prendre position envers les produits contrefaits et s’abstenir de les consommer bien qu’ils soient moins chers.

N.J

 

Lire aussi
commentaires
Loading...