L’extradition de Ould Limam Chavi aura-t-elle lieu ?

Les autorités mauritaniennes ont lancé un mandat d’arrêt depuis décembre dernier. Mais en adressant une demande d’extradition directe de l’opposant Ould Limam Chavi, elles entendent mettre la pression sur le Sénégal. Qui est Limam Chavi ? Sera-t-il extradé ? L’affaire, dans tous les cas, empoisonne d’ores et déjà, les relations entre les deux pays.

                                                                                   

 «Le ministère mauritanien de l’Intérieur a adressé au Sénégal une demande d’extradition vers Nouakchott de Ould Limam Chavi». L’information, relayée par plusieurs sites de confiance mauritaniens, suscite depuis une forte polémique.

 

Un opposant qui dérange

Décembre 2011… Le parquet de Nouakchott décide de lancer un mandat d’arrêt international contre le Mauritanien Moustapha Ould Limam Chavi. Ce dernier est reconnu coupable de trois chefs d’inculpation : «financement du terrorisme», «intelligence avec des groupes terroristes» et «appui financier et logistique à des groupes terroristes en activité dans le Sahel». Dans le même temps, trois Mauritaniens, présumés membres d’Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), font également l’objet d’un mandat d’arrêt international. L’annonce faite, une question se pose, où est l’accusé ? L’homme, très puissant et au carnet d’adresses fourni, n’est pas en Mauritanie. Moustapha Ould Limam Chavi dérange. En 2003, déjà, il se distingue par ses liens, pour le moins discutables avec le  mouvement putschiste de Saleh Ould Hanenna, «Les cavaliers du changement». Mais il est surtout célèbre pour sa qualité, hors pair, de négociateur. Conseiller et proche ami du président burkinabé, Blaise Compaoré, il a mené en son nom plusieurs négociations — avec succès —  avec l’Aqmi au sujet de la libération d’otages occidentaux dans la bande sahélo-saharienne. Ould Limam Chavi disparait donc quelque temps avant de réapparaitre au Sénégal… car il aime les sorties médiatiques. Depuis l’élection de Mohamed Ould Abdel Aziz, en 2009, il ne cesse d’adresser des critiques violentes contre le pouvoir en Mauritanie. «Les officiers de l’armée mauritanienne et les partis politiques sont appelés à prendre leur responsabilité pour sauver la Mauritanie qui sombre davantage dans les aventures de Mohamed Ould Abdel Aziz», a-t-il déclaré dans une interview accordée  au quotidien Alakhbar.

 

Quelle sera la réponse de Dakar ?

Depuis la demande d’extradition, les réactions se multiplient. «Mal à propos», les députés de l’opposition s’étonnent du timing de l’annonce qui coïncide avec l’initiative de rapprochement entre les acteurs politiques lancée il y a quelques jours par le président de l’Assemblée nationale mauritanienne, Messaoud Ould Boulkheir. Les autorités mauritaniennes «ont commis une faute diplomatique et morale grave», renchérit Mouna Mint Dèye, membre du Rassemblement des forces démocratiques (RFD). Ceci étant, les analystes ont une certitude… Le Sénégal ne délivrera pas Ould Limam Chavi. L’actuel président Macky Sall est très lié au président burkinabé  Compaoré. Officiellement, pour les autorités de Dakar, Chavi est en mission diplomatique au titre de conseiller spécial du président du Burkina Faso.  Cette affaire ne risque pas d’améliorer les relations, déjà tendues,  entre la Mauritanie et le Sénégal. Depuis l’élection du président Macky Sall, la tendance est à la crispation.

A.T

 

Lire aussi
commentaires
Loading...