Un mauvais remake

Chaque semaine apporte son lot de polémiques et de  surenchères chez nous où « l’essentiel est sans cesse menacé par l’insignifiant »  et le superflu  devient le menu principal du débat public. Il faut dire que notre classe dirigeante, qui brille par son impertinence et son amateurisme, prête  merveilleusement le flanc à ce jeu pas trop innocent. Après la polémique qui a accompagné l’annonce de certaines dispositions du projet de loi de Finances 2018, voilà que la visite entreprise, la semaine dernière,  par le président de la République, Béji Caïd Essebsi  à Sousse prenne le relais  offrant  un menu idéal pour enflammer les réseaux sociaux et accaparer  le débat public.   Toute l’attention a été portée, non aux activités ou aux réalisations que le Président avait eu à donner le coup d’envoi, mais plutôt sur certains détails. Ne dit-on pas que le diable est dans les détails ? Sur ce plan, les fausses notes et les maladresses   non assumées ont été le clou de cette visite qui a rappelé aux Tunisiens un passé récent peu glorieux.
Une visite qui a été  une sorte de remake de celles  qu’effectuait le président déchu dans les régions avec tout le folklore qui les accompagnait, la mobilisation populaire qu’elles exigeaient et toute  l’instrumentalisation qu’elles engendraient.  A  ce niveau l’on peut se demander si   Béji Caïd Essebsi qui entame, peut-être,  une série de visites dans les régions  du pays avait besoin de ces bains de foule non spontanés ou de ces manifestations ostentatoires qui n’ont plus droit de cité dans un pays  où il n’y a plus de place à un leader charismatique? L’on peut également s’apostropher si Sousse n’a pas été le  mauvais départ, voire même ce qu’un  président dans une démocratie, naissante, n’a plus le droit de tolérer ?
Il faut expliquer peut-être ce faux pas par l’excès de zèle des autorités régionales qui ne semblent pas encore comprendre que les temps ont changé et qu’il aurait suffi d’une organisation  simple pour que cette visite se déroule sans encombre ni  susciter tout ce tollé dont personne n’a réellement besoin.
L’incompétence des conseillers du président de la République y est également pour quelque chose. Au lieu de limiter les dégâts, ils ont préféré, par leur imprudence et leur  insoutenable légèreté,  mettre  les  pieds dans le plat. Alors qu’ils auraient dû avaler la pilule, reconnaitre les ratés en matière d’organisation, en gardant le silence, ils se sont  fourvoyés  dans des analyses fantaisistes qui  ont fini par mettre le feu aux poudres, en offrant à  la polémique  qui enfle de nouveaux arguments pour gagner en intensité  et à certaines  critiques un bon  fondement.
Cela n’étonne guère, dans la mesure où il y a confusion dans les rôles et un problème récurrent de communication qui concerne aussi bien le gouvernement que la présidence de la République. Confusion des rôles dans la mesure où ceux qui sont censés conseiller les premiers responsables dans notre pays, ne  maîtrisent pas les outils de leur métier et montrent une incapacité notoire en matière d’anticipation et de présentation d’argumentaires qui auraient pu épargner à nos responsables bien de désagréments.
Dans le cas d’espèce,  c’est l’intelligence qui a été aux abonnés absents. A défaut de cohérence dans le  discours  et d’une  capacité de formuler une analyse qui convainc, on a ouvert la boite de Pandore en mettant  le président de la République dans une situation fort embarrassante.  Outre les commentaires  parfois désobligeants, cette visite a été  en fait l’objet d’une véritable  manipulation politicienne.
Certains partis politiques ont sauté sur l’occasion pour accuser le président de la République d’entamer prématurément sa campagne électorale  pour les élections présidentielles de 2019. Enfin, la HAICA (haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle), qui brille par son absence sur la scène médiatique,  a trouvé le moment propice pour  refaire surface. Le communiqué qu’elle a publié,  dans la précipitation,  accuse directement  la télévision tunisienne de propagande au profit du président de la République et les journalistes de la chaîne publique d’un manque de professionnalisme notoire. Peut-on en vouloir à cette instance quand nos politiques se montrent aussi frileux qu’impertinents ?

Partager:
12 Oct 2017

Autres articles par Nejib Ouerghi

  • Cafouillages et faux-fuyants

    Chaque semaine apporte son lot de polémiques et de  surenchères chez nous où « l’essentiel est sans cesse menacé par l’insignifiant »  et le superflu  devient le menu principal du débat public. Il faut dire que notre classe...

  • Absence de réactivité

    Chaque semaine apporte son lot de polémiques et de  surenchères chez nous où « l’essentiel est sans cesse menacé par l’insignifiant »  et le superflu  devient le menu principal du débat public. Il faut dire que notre classe...

  • Blocages

    Chaque semaine apporte son lot de polémiques et de  surenchères chez nous où « l’essentiel est sans cesse menacé par l’insignifiant »  et le superflu  devient le menu principal du débat public. Il faut dire que notre classe...

  • Dérapages

    Chaque semaine apporte son lot de polémiques et de  surenchères chez nous où « l’essentiel est sans cesse menacé par l’insignifiant »  et le superflu  devient le menu principal du débat public. Il faut dire que notre classe...