Blocages

Sept ans après la Révolution du 14 janvier 2011, la transition démocratique se trouve-t-elle soudain dans l’impasse ? Sans verser dans un  pessimisme excessif, il n’échappe à personne que  la Tunisie vit aujourd’hui un grand malaise politique, économique et social dont la responsabilité incombe à toutes les parties, à commencer par les acteurs politiques,  plus enclins à des guerres fratricides et aux surenchères stériles qu’à se prévaloir en tant qu’agitateurs de débats qui interpellent et mobilisent. Ce blocage se nourrit également du  laxisme des pouvoirs politiques qui n’ont pas su faire bouger les choses, mettre en route les réformes qui s’imposent et à faire appliquer la loi. Le prestige de l’Etat,  qu’on n’a eu de cesse de claironner à longueur de discours,  reste un slogan creux avec l’affaiblissement extrême de l’Etat plus que jamais  incapable d’assumer ses missions essentielles en  gérant  au plus pressé les affaires du pays.
Les organisations de la société civile assument,  dans ce magma, une grande responsabilité dans le cercle vicieux dans lequel  le pays ne cesse de se débattre. Des organisations qui se soucient plus de se substituer au pouvoir, que  de jouer leur rôle de contre-pouvoir. Par leur politique de bras de fer,  leur refus systématique du consensus et  leur obstination à glaner encore et toujours des acquis aux travailleurs, certaines parties sont à l’origine de la déstructuration des entreprises qu’elles soient publiques ou privées et l’aggravation de leurs difficultés.
Aujourd’hui, les symptômes du blocage se perçoivent  particulièrement sur le  plan politique dans la mesure où les manœuvres et les calculs des différents acteurs, toutes familles politiques confondues, ont eu pour corollaire le report des Municipales et  l’aggravation de la crise que connaît certaines instances indépendantes,  à l’instar de l’ISIE ou de l’IVD.Le report des  Municipales à 2018 constitue manifestement un coup dur pour le  processus démocratique et  pour  la mise en place des pouvoirs locaux. Ce résultat, peu flatteur,  traduit une inconscience générale et une fuite en avant. Celle  du gouvernement, des partis politiques  et de l’Assemblée des Représentants du Peuple  qui ont  préféré saboter  ce processus,  pourtant attendu depuis sept ans,  en faisant prévaloir des  agendas suspects  et des intérêts partisans étriqués.
Il en est de même pour la grave crise qu’a traversée l’ISIE (Instance  supérieure indépendante des élections),   qui a été utilisée  par de nombreux partis  comme un alibi fallacieux  pour rendre   le report des élections  inévitable.  Les manipulations et les surenchères qui ont ponctué la vacance de postes  au sein de cette instance ont servi pour cacher l’impréparation des uns et  l’incapacité des autres à affronter une dure réalité, celle de  la perte de confiance de la majorité des Tunisiens dans leur classe politique.
Enfin l’Instance Vérité et Dignité n’a pas échappé à cette même logique implacable d’instrumentalisation des instances par certaines parties pour régler des vieux comptes politiques  que de l’utiliser en tant que levier important pour favoriser une véritable réconciliation nationale. Depuis sa mise en place, l’IVD s’est trouvée dans  l’œil du cyclone et,  très peu ont applaudi sa constitution, le travail qu’elle a mis en œuvre ou même sa composition qui ne finit pas de changer au gré des  humeurs de sa présidente et de son bon vouloir. Ce qui dérange le plus depuis un certain temps, ce n’est pas tant la qualité du travail qu’elle prétend assurer pour  restaurer la vérité,  éviter que des actes innommables ne se reproduisent  et fermer une fois pour toutes des pages sombres de notre  passé,  mais plutôt la gouvernance même de cette instance.  Minée par les conflits d’intérêts, l’IVD que certains partis politiques soutiennent à cor et à cri (Ennahdha, le Front populaire ou Harak Tounes El Irada…),   ne cesse de broyer ses membres et de déraper de la mission qui lui est dévolue. Les abus répétés de sa présidente au vu et au su  de tout  le monde, sont en train de fragiliser cette instance qui,  depuis sa création  a choisi de se placer au-dessus de l’Etat et des lois.
A l’évidence, tous les blocages qui affectent la vie politique et surtout le fonctionnement des nouvelles institutions démocratiques, se nourrissent de l’inconscience de la classe politique qui préfère les instrumentaliser et faire perdurer le goût d’inachevé que d’apporter une contribution effective à un édifice encore en construction.

Partager:
28 Sep 2017

Autres articles par Nejib Ouerghi

  • Cafouillages et faux-fuyants

    Sept ans après la Révolution du 14 janvier 2011, la transition démocratique se trouve-t-elle soudain dans l’impasse ? Sans verser dans un  pessimisme excessif, il n’échappe à personne que  la Tunisie vit aujourd’hui un grand malaise...

  • Un mauvais remake

    Sept ans après la Révolution du 14 janvier 2011, la transition démocratique se trouve-t-elle soudain dans l’impasse ? Sans verser dans un  pessimisme excessif, il n’échappe à personne que  la Tunisie vit aujourd’hui un grand malaise...

  • Absence de réactivité

    Sept ans après la Révolution du 14 janvier 2011, la transition démocratique se trouve-t-elle soudain dans l’impasse ? Sans verser dans un  pessimisme excessif, il n’échappe à personne que  la Tunisie vit aujourd’hui un grand malaise...

  • Dérapages

    Sept ans après la Révolution du 14 janvier 2011, la transition démocratique se trouve-t-elle soudain dans l’impasse ? Sans verser dans un  pessimisme excessif, il n’échappe à personne que  la Tunisie vit aujourd’hui un grand malaise...