Des investisseurs étrangers quittent le Maroc pour la Tunisie

Par - 16 Août 2017

aymen-16072017Le conseiller auprès du ministre du développement et de la Coopération Internationale, Aymen Errais, était l’invité d’Expresso de ce mercredi 16 août 2017 pour évoquer les chiffres de la croissance économique évoquée, mardi 17 août, par l’Institut National des Statistiques (INS).
« Nous sommes sur la bonne voie », affirme le conseiller, qui souligne que l’objectif est d’atteindre un taux de 2,3% par an. Néanmoins, le taux de croissance de ce deuxième trimestre a été affecté par la baisse de la croissance dans le secteur des hydrocarbures : -14%. Tous les autres secteurs, selon le conseiller sont au vert. « Sans cette baisse, nous aurions pu obtenir une croissance de 2,2% au second trimestre », précise-t-il.
D’autre part, le conseiller auprès du ministre du Développement et de la Coopération internationale considère que l’espoir d’atteindre un taux de croissance de 2,5% n’avait rien d’utopique. « Nous sommes sur la bonne voie. Bien entendu, il peut y avoir des facteurs exogènes risquant d’entraver cette performance, à l’instar des grèves et des mouvements », explique Aymen Errais.
Sur la question des investissements étrangers, le conseiller du ministre assure que depuis Tunisia 2020, un regain de confiance en la Tunisie a été constaté. « Il y a des investisseurs du secteur aéronautique et automobile qui ont quitté le Maroc pour revenir en Tunisie. L’ingénieur tunisien est non seulement compétent, mais il est moins coûteux que l’ingénieur marocain », assure encore Aymen Errais. Et d’ajouter : « Sur 283 opérations d’investissements, il y a 260 opérations d’extension, c’est très encourageant ! ».

Partager: